Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Mutuelle : Climat tendu entre les Directeurs et personnel qui dénonce des malversations de leurs supérieurs

samedi, 13 mai 2017 16:35
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Un climat tendu règne au sein de la Mutuelle de la Fonction Publique, surtout entre les chefs de service de cette institution, rapportent des sources parmi le personnel. Un cas de malversation serait l'origine de cette mésentente entre les cadres. Après ce constat, le Conseil d'administration de la MFP a exigé la suspension immédiate du montant supplémentaire perçu illégalement par ces chefs de service.

 

Au cours des réunions du 27 et 28 octobre 2015, le Conseil d'administration de la Mutuelle de la Fonction publique a analysé la problématique des salaires dans cette institution. Selon des sources proches de la Direction générale, le conseil d’administration aurait décidé que le salaire net partiel du Directeur général de la MFP sera calculé en fonction du travailleur le mieux rémunéré, soit un montant de 2.780.450 francs majoré de 17% ce qui revient à un montant de 3.074.260 francs.

 

Pour les trois Directeurs à savoir le Directeur Administratif et Financier, le Directeur Technique et le Directeur des pharmacies, leur salaire majorait de 2% soit un montant de 2.621.729 francs.

 

Néanmoins, ces décisions du Conseil d’administration ne seront pas respectées. Les salaires des Directeurs ont été calculés sur base des salaires brut des travailleurs les mieux rémunérés, leur permettant ainsi de percevoir des sommes plus importantes.

 

D’après nos sources à la MFP, cette décision est à l’origine des mécontentements des autres employés.  Selon toujours des sources à la Mutuelle, le conseil d'administration s'est à nouveau penché sur la question et une correspondance affichée en avril 2017 demande la mise en application de la décision prise dans la réunion du 28 octobre 2015.

 

En date du 25 avril 2017, une correspondance est adressée au Ministre de tutelle où le Conseil d’administration de la Mutuelle communique la décision prise pour régler la problématique des salaires des cadres  dans cette institution.  Malgré l'approbation du ministère de tutelle, les trois Directeurs ne sont toujours pas d'accord sur la mise en application de cette décision et refusent que le montant supplémentaire perçu « illégalement » soit déduit de leur salaire, poursuivent nos sources.

 

Les mêmes sources indiquent que seule le Directeur général de la MFP, Concilie Nibigira, a accepté de rembourser ce montant perçu en trop. Tous les travailleurs de cette institution demandent la mise en application de la décision du Conseil d’administration pour lutter contre les malversations qui gangrènent cette institution.

 

L’Olucome soutient la démarche du personnel de la Mutuelle

 

L'Association de Lutte Contre les Malversations Economiques, OLUCOME, salut la volonté des fonctionnaires de la Mutuelle de fonction publique d’exiger l’arrêt des malversations orchestrées par leurs Directeurs. Gabriel Rufyiri, président de l'Olucome, lance un appel vibrant à tous les travailleurs de suivre le bon exemple du personnel de la MFP, en vue d’éradiquer le fléau de la corruption et des malversations dans les services étatiques.

 

« Cette affaire s'inscrit dans plusieurs autres affaires où les conseils d'administrations et les Directeurs Généraux s'entendent sur des vols organisés. Ils s'octroient des avantages en violant tous les principes en matière de gestion des fonds publics. Par ailleurs, les fonds de la mutuelle appartiennent aux membres de la mutuelle. Il y a des fonctionnaires, des citoyens qui donnent des cotisations et qui comptent se faire soigner sur base de ces cotisations. C'est dommage de voir cet argent ne pas être utilisé comme il se doit. Si aujourd'hui le personnel de la mutuelle décide de crier haut et fort, c'est que les choses dépassent l'entendement. Ce qui se passe à la mutuelle se passe également dans plusieurs autres sociétés, et les responsables de ces malversations sont à l'aise parce qu'ils sont protégés », indique Rufyiri.


L’Olucome demande au gouvernement de protéger les dénonciateurs de ces malversations.

Lu 287 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 321 invités et aucun membre en ligne