Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Butihinda : Les petits commerçants soudoyés de force par les Imbonerakure

mardi, 09 mai 2017 11:39
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les petits commerçants de la commune Butihinda en province Muyinga dénoncent l’attitude des Imbonerakure du parti au pouvoir qui exigent des pots-de-vin sans autorisation. Ces habitants estiment que la perception des impôts et taxes est bien réglementée, et que ce rançonnement que les Imbonerakure appelle ‘’taxes’’ doit cesser.

 

Les commerçants de la commune Butihinda expliquent que les imbonerakure leur exigent de l’argent, chaque fois qu’ils se rendent au marché pour vendre leurs produits. Celui qui ne parvient pas à leur verser ce pot-de-vin forcé, se voit saisi toutes ses marchandises.

 

« A Butihinda il n y a pas de lois. Si on rencontre les imbonerakure, on doit payer entre 1.000 et 2.000 francs ; si on refuse, ils saisissent nos biens. Il y a un imbonerakure du nom de Kazungu qui perçoit cet argent. Nous ne savons pas si ce sont les administratifs qui lui donnent cette mission », s’emporte un commerçant.

 

Le chef de zone Cagizo de la commune Butihinda a pourtant demandé à cet imbonerakure du nom de Kazungu d’arrêter de percevoir illégalement de l’argent auprès des commerçants, car n’ayant pas les prérogatives de le faire. Le concerné n’a cependant pas voulu obtempérer, rapportent des sources sur place.

 

Ces mêmes habitants dénoncent la perception des impôts sur base politique au marché de Cagizo.

 

« Au marché de Cagizo appelé Jérusalem, on a payé les impôts deux fois l’année. Si on n’est pas membre du CNDD-FDD, ils exigent 50.000 francs ; mais si on est membre du parti, on donne 10.000 francs », ajoute un autre commerçant. La conséquence de cette double imposition étant la hausse des prix des produits vendus, car les commerçants victimes cherchent aussi à récupérer leur argent.

 

Un producteur de café témoigne qu’ils sont obligés de vendre leur café à l’usine. Il ajoute que celui qui ne le fait pas se voit infligé des « amendes » par ces imbonerakure qui n’hésitent pas à l’accuser aussitôt de fournir des combattants.

 

« Nous travaillons pour les imbonerakure car c’est nous qui les payons. Ils nous obligent de vendre notre café à l’usine ; celui qui ne le fait pas est considéré comme fournisseur des rebelles qu’ils appellent ‘’Mujeri’’ qui sont au Rwanda », précise ce producteur de café, ajoutant que l’usine choisit ainsi les meilleures graines à des prix bas en laissant les « résidus ».

 

La population de la commune Butihinda demande au gouvernement de leur venir au secours, afin que les taxes et impôts soient perçus dans les normes et par les personnes habilitées.

 

L’administrateur de la commune Butihinda, Innoncent Haringanji, nous a indiqué qu’il n’est pas au courant de ce problème et promet de mener des enquêtes.

Lu 155 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 149 invités et aucun membre en ligne