Musaga : Des malades atteints de paludisme se partagent des cures suite à la pauvreté

lundi, 20 mars 2017 07:20
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Dans la zone Musaga, la pauvreté affecte profondément les ménages qui ont des difficultés à se faire soigner. C’est le cas du paludisme en ces mois où l’épidémie a été déclarée. Une cure de traitement est aujourd’hui partagée entre toute une famille, et la population trouve que la malaria va bientôt les décimer si rien ne change.

 

Devant le centre de santé surnommé « Musalac » de Musaga en mairie de Bujumbura, nous avons rencontré un homme de 58 ans qui dormait agonisant. Couvert de son veston, il tremblait de tout son corps, car il souffrait de la malaria.

 

Cet homme que nous appelons « Charles » nous a révélé qu’il a laissé à la maison sa femme et deux de ses enfants malades eux aussi. Charles est forgeron et ne parvient plus à nourrir sa famille, et craint le pire en ces jours où il ne peut pas travailler.

 

« Il m’était difficile de parvenir à trouver 2 repas par jour, à cause d’une faible clientèle de ses produits artisanaux. Actuellement, il est encore plus difficile de se faire soigner », déclare Charles.

 

Comme solution, « Charles » a choisi de partager sa cure de quinine avec sa femme et ses enfants qui souffrent également de la malaria. Par conséquent, le médicament n’aura plus d’effets comme prévu. « En deux mois, nous sommes tombés malade deux fois », précise-t-il.

 

Un des infirmiers du centre de santé nous a confié que le partage d’une cure de traitement entre plusieurs malades réduit les chances pour la guérison. Il conseille aux malades le respect de la dose prescrite, malgré les difficultés financières.

Lu 70 fois Dernière modification le lundi, 20 mars 2017 07:38

Publicité

Qui est en ligne?

Nous avons 155 invités et aucun membre en ligne