Erreur
  • Échec de la suppression de colorize43a399ef7f7b29366b74f5b5f9c13e0f282828ff548722.png
  • Échec de la suppression de colorize43a399ef7f7b29366b74f5b5f9c13e0f282828ff548722.png
  • Échec de la suppression de a2bc799f75c774fe6f61166188e6ba3c.css
  • Échec de la suppression de a2bc799f75c774fe6f61166188e6ba3c.css
  • Échec de la suppression de 0dd8b2a092361e19e1cf60910a8b5999.css
  • Échec de la suppression de 4efc8f6a7348d51beb49781804f7e6dc.css
  • Échec de la suppression de 10653866e7f236ad2cdb483bd11c4f9d.js
  • Échec de la suppression de 10653866e7f236ad2cdb483bd11c4f9d.js

Ouverture du 3ème round des pourparlers inter-burundais à Arusha

vendredi, 17 février 2017 07:43
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Le Facilitateur Benjamin W Mkapa Le Facilitateur Benjamin W Mkapa
Malgré l’absence du gouvernement burundais, le facilitateur a tenu à lancer un nouveau round de dialogue pour une sortie de crise burundaise ce Jeudi 16 Février 2017 à Arusha. Benjamin Mkapa s’est d’abord entretenu avec les anciens chefs d’Etat burundais : Pierre Buyoya, Sylvestre Ntibantuganya et Domitien Ndayizeye. Cependant, nombreux sont ceux qui doutent d’un heureux dénouement de la crise avec la politique de la chaise vide de Bujumbura.
 
Dans son discours d’ouverture, le facilitateur tanzanien Mkapa a déclaré que l’objectif de cette session était d’assainir le climat politique afin que les réfugiés burundais dans les pays limitrophes rentrent chez eux, ainsi que les politiques aujourd’hui en exil. 
 
Toutefois, tous les politiques présents ce Jeudi à Arusha jugent que cette session est déjà vouée à l’échec avec l’absence du gouvernement de Nkurunziza, principal protagoniste dans la crise burundaise. 
 
L’ancien président tanzanien et facilitateur dans la crise burundaise a essayé de « justifier » le boycott de Bujumbura. Selon Mkapa, le gouvernement burundais n’était pas invité à ces pourparlers, « je compte rencontrer les représentants de Bujumbura prochainement » a annoncé le facilitateur aux médias.
 
La « belle excuse » de Mkapa pour Bujumbura n’a pas été convaincante. Le 13 Février, le gouvernement burundais avait en effet affirmé avoir reçu l’invitation du facilitateur. Deux jours plus tard, il déclarait qu’il ne pouvait s’asseoir avec ceux qu’il qualifie de putschistes. 
 
Le porte-parole du gouvernement burundais a déclaré dans un communiqué : « Bujumbura ne pouvait participer à des négociations alors qu’il n’a pas été consulté pour élaborer la liste des invités, ainsi que le choix de l’ordre du jour de cette troisième session », pouvait-on lire dans le communiqué.  
    
Lu 112 fois Dernière modification le vendredi, 17 février 2017 07:46

Publicité

Qui est en ligne?

Nous avons 249 invités et aucun membre en ligne