Rubirizi : Deux personnes assassinées dont une élue collinaire du FNL

vendredi, 17 février 2017 06:31
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Deux personnes ont été tuées par balles dans la nuit de mardi 14 février 2017 dans la zone Rubirizi, commune Mutimbuzi en Province  Bujumbura. Une des victimes est une élue collinaire de Rubirizi. Les auteurs de ces meurtres restent jusqu'à présent inconnus.
 
L'attaque a eu lieu la nuit de ce mardi dans les environs de 20 heures au domicile d'un militant du parti FNL nommé de Jean Baptiste Sibomana. Au moment de l'attaque, le père de famille était avec son épouse et un voisin au salon. 
 
« C'était dans les environs de 20 heures quand Jean Baptiste Sibomana s'est retrouvé encerclé par des hommes armés chez lui. Ils ont tiré sur lui puis sur la femme, et enfin sur le voisin qui était venu leur rendre visite. Après, ils sont repartis et on n'a pas pu les identifier. On a emmené les blessés à l'hôpital MSF de Kigobe. La femme de Sibomana et le visiteur sont morts à l'hôpital », témoigne un des voisins.
 
Ce même témoin ajoute qu’une réunion avait eu lieu deux jours auparavant sur le cas de Sibomana pour le convaincre d'adhérer au parti au pouvoir CNDD-FDD, et au cas échéant de l'éliminer.
 
« Une réunion s'était tenu dimanche après la fête des imbonerakure. Ils ont dit que Sibomana devrait être de leur parti et que dans le cas contraire, son compte lui serait réglé. Sa femme était numéro 2 au niveau collinaire. Ils ont ajouté que celle-ci n'aurait plus aucun droit, tant qu’elle n'adhère pas aussi à leur parti ; et donc qu'il fallait l'éliminer aussi. Maintenant on voit que ce qui s'est passée n'est qu'une preuve de ce qu'ils ont dit », poursuit notre source à Rubirizi.
 
Même si les auteurs n'ont pas encore été identifiés, les membres des familles des victimes accusent le parti CNDD-FDD.
« Compte tenu des propos tenus lors de cette réunion et le fait que Sibomana était un membre du FNL, on peut dire qu’il est victime de son parti. Nous accusons le CNDD-FDD de ce crime. La population déplore ce comportement et demande que chacun soit respecté dans ses différences », indique une autre source.
 
L’admnistrateur de la commune Mutimbuzi, Damimen Barindambi, nous a dit de nous rendre sur terrain et qu’il n'a rien à dire sur ce sujet.
Lu 80 fois Dernière modification le vendredi, 17 février 2017 06:34

Publicité

Qui est en ligne?

Nous avons 253 invités et aucun membre en ligne