Les familles des militaires tombés à Kiliba Ondes réclament les corps

jeudi, 05 janvier 2017 12:56
Évaluer cet élément
(2 Votes)
Une des familles qui a perdu un proche lors des affrontements de Kiliba Ondes en République Démocratique du Congo il y a quelques semaines demande le corps du sien. La famille du Caporal-chef Gilbert Nakintije dit qu'elle a été scandalisée par les propos du porte-parole de l'armée Gaspard Baratuza qui a nié toute présence de militaires burundais sur le sol congolais ce jour-là. 
 
Le Caporal-chef Gilbert Nakintije travaillait au camp militaire de Muzinda en province Bubanza. Ce Caporal-chef faisait partie du bataillon qui devait se rendre en Centrafrique pour la mission de maintien de la paix dans le cadre de la relève annuelle.
 
Selon nos sources au sein de l’armée, le contingent avait été placé au 1er vol pour partir en mission et le sous-officier avait déjà terminé le check-in. Il a par la suite été interpellé par ses supérieurs pour aller en mission en République Démocratique du Congo. Depuis ce jour, sa famille ne l'a plus revu, affirme un proche.
 
Le chagrin et la peur dominent au sein de la famille du caporal-chef Gilbert Nakintije. « On n’a même pas vu le corps et ils sont nombreux ceux qui ont péri. On a été choqué par les propos du colonel Gaspard Baratuza, le porte-parole de l'armée alors que nous avons perdu les nôtres. La famille et les enfants qu'il a laissé sont toujours sous le choc car nous n'avons pas pu enterrer le nôtre avec dignité », poursuit un membre de la famille. 
 
Le porte-parole de l'armée a annoncé qu'il n'y avait pas de militaires réguliers sur le territoire congolais, rejetant ainsi les déclarations des failles et proches des militaires tués lors de ces affrontements à Kiliba. Pour le Colonel Baratuza, les personnes abattues par les militaires congolais sont des déserteurs qui portent toujours les treillis de l’armée burundaise.
 
« En fuyant, ils ont porté sur eux les tenues militaires de l'armée burundaise. Alors en voulant faire une confusion pour pouvoir pénétrer, ils portent ces tenues, c’est ce qui s'est passé dernièrement. Les congolais ont vu un groupe de gens qui porte des tenues militaires burundaises. Comme il y a eu échange d'information, ils ont demandé au commandant de la 1ère région militaire s'il aurait par hasard envoyé des militaires en RDC, la réponse était négative ; raison pour laquelle, ils ont agi conformément à ce renseignement qu'il n y avait pas de militaire réguliers sur le territoire congolais », a expliqué le porte-parole de l'armée burundaise dans un point de presse. 
 
La famille du caporal-chef Gilbert Nakintije reste convaincue que le sous-officier a bien été abattu lors des affrontements. Elle demande au gouvernement et à l'armée de faire bonne foi et de leur montrer le sous-officier, s'il est réellement vivant. 
 
En plus du caporal-chef Gilbert Nakintije, un autre agent des forces de sécurité burundais parmi les douze qui seraient morts à Kiliba Ondes en RDC a été signalé par ses proches. Il s’agit de Nduwayezu qui travaillait au Service national des Renseignements. Au nombre des blessés, nous avons pu identifier le Capitaine Ntirampeba de matricule 71816 et le 1er sergent-Major Gérard Uwizeyimana qui était le chef d'équipage dans cette opération en République Démocratique du Congo. 
Lu 1248 fois

Publicité

Qui est en ligne?

Nous avons 239 invités et aucun membre en ligne