Welcome to RPA   Click to listen highlighted text! Welcome to RPA Powered By GSpeech

Radio Publique Africaine
“La voix des sans voix”

Les médicaments pour traiter le Covid- 19 manque cruellement au Burundi.

Rupture généralisée de médicaments de premier ordre au traitement de la covid-19 au Burundi depuis environ deux semaines. Actuellement, il revient  aux malades de se procurer eux-mêmes des médicaments prescrits par les médecins. Cette rupture serait consécutive à la mauvaise gestion de fonds alloués à la lutte contre cette pandémie.

Quatre médicaments dont l’Azithromycine, la Chloroquine, la Vitamine C et le Zinc qui sont prescrits dans le traitement des cas mineurs de Covid-19 manquent dans le pays. Certains membres de l’équipe médicale chargée de lutter contre cette pandémie affirment qu’il s’observe une rupture de stocks de ces médicaments dans  différents hôpitaux du pays depuis environ deux semaines. Les malades de Covid-19 sont alors contraints de chercher eux-mêmes ces médicaments dans les pharmacies privées où ils ne sont pas tous servis. « Effectivement, ce sont ces médicaments d’Azithromycine, Hydroxy chloroquine,  Zinc  et Vitamine C qu’on administre aux malades. Il y’ a eu une rupture de stocks de ces médicaments. Il ne leur reste que le zinc seulement. Ils peuvent trouver l’Azithromycine dans les pharmacies privées. Mais, ils ne peuvent pas trouver l’Hydroxy chloroquine. La Vitamine C peut aussi être disponible. Il y’a une rupture au niveau national. Ceux qui ont de moyens, on leur dit d’aller les chercher ailleurs. Mais ceux qui n’en ont pas, je ne sais pas comment ils procèdent », a précisé notre source.

 

Les sources de la RPA dans le secteur de la santé chargé de lutter contre la Covid-19 révèlent que cette situation fait que les malades ne reçoivent pas de traitement complet puisque leur cure est partagée en deux.                                 Dans ce secteur de la santé, le problème de rupture de stocks de ces médicaments est consécutif à la mauvaise gestion des aides financières octroyées au gouvernement burundais dans le cadre de lutter contre la pandémie. « La situation des malades en état critique est un autre problème qui n’est pas évoqué car vous savez que ces malades doivent recevoir de l’oxygène.                    Par exemple à l’hôpital Roi Khaled, il y’a un manque de bombonnes d’oxygène et tous les lits sont occupés par des malades en état grave. Pour ces derniers, quelques médicaments restent insuffisants et de ce fait aucun malade ne reçoit une cure complète. La cure est partagée en deux. Cette situation est due au manque de moyens financiers. Vous constatez que tous les fonds octroyés par la Banque mondiale ont été détournés. Il n’y a pas d’argent. Les autorités se rejettent la responsabilité les uns des autres. C’est là où réside le nœud du problème », révèle notre source. 

Le rapport du ministère de la santé de ce lundi montre qu’au 21 août 2021, sur 1730 personnes dépistées 48 ont été testées positives au Covid-19. Parmi les 19 sites de dépistage qui ont effectué ces tests, 4 sites ont enregistré plusieurs cas positifs. Le site de dépistage de Bujumbura a eu 17 cas positifs, celui de Muyinga a enregistré 9 cas positifs, celui de Cibitoke 4 cas et celui de Isale a eu 3 cas positifs. D’après ce rapport, le Burundi compte à présent 360 cas positifs à la Covid-19 sous traitement dont 7 cas graves.

Nos journaux parlés

Qui est en ligne?

Nous avons 107 invités et aucun membre en ligne

Click to listen highlighted text! Powered By GSpeech