Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Les conséquences des assassinats et des violations des droits de l’homme au Burundi fatiguent la population. Selon l’organisation de la coordination des actions humanitaires, ‘’OCHA‘’, 1.100.000 burundais sont concernés directement par cette situation et nécessitent une protection. En plus des burundais qui se sont réfugiés dans d’autres pays, il y ‘a une grande catégorie de déplacés intérieurs. 
Regroupés au camp de Maheba, les réfugiés burundais en Zambie sont au nombre de 2.000. Le fonctionnement de ce camp est hors du commun, aucune distribution de vivres par ménages ou par tête pour la cuisson : un système de cuisine pour tous est instauré par les responsables du camp. Système décrié par les réfugiés qui affirment que la cuisine est faite, le plus souvent, 2 fois par semaine. 
Plus de 1.500 tentes, des emplacements pour la cuisine et des latrines ont été endommagés lors de pluies diluviennes qui se sont abattues vendredi 26 février 2016 dans la localité où se situe le camp de réfugiés burundais de Mahama au Rwanda.  Les victimes de ces pluies demandent une assistance aux organismes humanitaires œuvrant à Mahama.
Fruit du programme de regroupement familial dénommé « Gahuza miryango », les réfugiés burundais en Tanzanie célèbrent les retrouvailles avec leurs familles. Ils avaient été séparés en fuyant le Burundi suite à la crise politique qui y règne.

Les motards de la ville de Bujumbura ne sont plus autorisés à circuler dans la commune MUKAZA de la ville de Bujumbura. Telle est la décision du conseil municipal de sécurité dans sa réunion tenue ce lundi dans l’après-midi après les attaques à la grenade dans plusieurs endroits de Bujumbura. Les motards crient au scandale et le maire de Bujumbura invoque la sécurité.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 277 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha