Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Ils demandent aux organisations humanitaires de leur venir en aide d'urgence. Ces refugiés burundais rescapés des massacres de kamanyola restent jusqu'aujourd'hui sans assistante et ce, plus de deux semaine après cet horrible évenement. 

La communauté des Batwa de la province Gitega réclame des terres cultivables. Selon cette communauté, leur métier de poterie n'est plus rentable et se dit prête de se rendre dans d'autres provinces où s'observent encore des terres vacantes dans le but de chercher des terres à exploiter.

Plus de 1000 familles de réfugiés burundais du camp de Lusenda viennent de passer près d’une semaine sans nourriture. A l’origine, ce sont les perturbations du  travail de distribution des vivres dans le dit camp suite aux affrontements entre FARDC et les MAI-MAI

Les conséquences liées à la revue à la hausse du prix de l'électricité de la REGIDESO se sont déjà manifestées pour des activités nécessitant du courant électrique à Gitega. Les vendeurs de la farine de manioc sont parmi les victimes de cette hausse du prix du courant électrique de la REGIDESO.

Crainte de maladies de mains sales dans le site où sont campés les rescapés des massacres du 15 septembre contre des réfugiés burundais à kamanyola. Ce site se heurte à des problèmes de manque d'eau potable et latrines et la société civile de cette localité lance un sos humanitaire pour ces réfugiés.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 201 invités et aucun membre en ligne