Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Flambée des prix suite à une mauvaise saison culturale

mercredi, 01 août 2018 07:01
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Hausse des prix du haricot et  de la farine de manioc en commune Matana de la province Bururi. Une faible production due aux changements climatiques observés au cours de la saison culturale B est à l’origine de cette augmentation des prix. Les habitants de cette commune craignent une probable famine si rien n’est fait dans les plus brefs délais.

La perturbation climatique est donnée par les cultivateurs comme cause principale de la hausse des prix des produits vivriers de première nécessité surtout le haricot dont le prix d’un kilogramme a déjà été rehaussé de plus de 1.000 franc burundais. « Nous voyons que le prix d’un kilogramme du haricot pourra grimper jusqu’à 2.500 car il est déjà à 1.800 franc burundais alors que nous sommes dans la période de récolte. Récemment, un kilogramme coûtait entre 500 et 600 franc burundais. Quant à celui en provenance de la région de Kirimiro à Gitega, il s’achetait à 400. »

 

Il en est de même pour les autres produits vivriers. Les habitants de cette localité donnent l’exemple de la farine de manioc dont le prix a doublé. ‘’ Actuellement, la farine de cette localité coûte très cher. Un seul kilogramme s’achète à 1.000 franc burundais. Heureusement que le prix de la farine de maïs, lui, n’a pas augmenté. Mais nous craignons que les prix des autres denrées alimentaires finissent par augmenter aussi. Il nous sera alors difficile de trouver les semences pour la prochaine saison culturale A. ‘’

 

Les habitants de Matana craignent la famine si rien n’est fait dans l’immédiat

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 304 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha