Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Levée de l’embargo sur la commercialisation des petits ruminants

mercredi, 13 juin 2018 19:08
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La consommation de la viande de chèvre et de moutons a timidement repris ce mercredi à Gitega. Quelques chèvres abattues ont été vues suspendues à quelques bistrots de la ville de Gitega. A la grande satisfaction des consommateurs.

A la première avenue du quartier Nyamugari, dans la ville de Gitega, dans un endroit communément appelé CPGL, se trouve une agglomération de bistrots. Ces cabarets sont normalement spécialisés dans la préparation de brochettes de chèvres rôties, dont une brochette connue sous l’appellation de V.W, très appréciée par pas mal de gens.

 

Au moment où la consommation de la viande de chèvre est autorisée à reprendre dès ce mercredi 13 juin 2018, seules 5 chèvres abattues ont été vues suspendues devant cette chaine de bistrots. Pourtant, avant l'apparition de la peste des petits ruminants, plus de 30 chèvres étaient consommées par jour à cet endroit.

 

Toutefois, les consommateurs de ce genre de viande se réjouissent. Ils avancent que la viande de chèvres est la meilleure. A leur tour, les éleveurs et commerçants de chèvres et moutons indiquent qu'ils sont aussi satisfaits.

 

Les gens qui grillent et rôtissent les brochettes de chèvre et mouton, révèlent que le nombre de chèvres suspendues à cet endroit dit CPGL est réduit suite aux éleveurs de ce petit bétail qui ne les ont pas encore mis sur marché.

 

De surcroît, à l'abattoir de Gitega, aucune chèvre ni mouton n'a été abattue ce mercredi, alors qu'avant la peste des petits ruminants, plus de 40 chèvres étaient abattues par jour. 

 

Les explications recueillies à cet abattoir font état de bouchers qui ont manqué à leur mission, et cela pour deux raison. La première est que le marché de bétail de Gitega est animé uniquement les lundis. L’autre raison est que la reprise de la commercialisation de ce produit alimentaire fixée pour ce 13 Juin 2018 n’était pas connue de tous.

 

A Bujumbura, les bistrots de la capitale burundaise regorgeaient de chèvres

 

Dans certains bistrots de la zone Musaga, la viande de chèvre était suspendue sur des cordes. C’est entre autre aux 12ème et 3ème Avenue où certaines gens ont commencé à consommer cette viande de chèvre. Pourtant, il existe d’autres tenanciers de bistrots qui attendent toujours l’autorisation de commercialiser cette viande de chèvre. En zone Bwiza, la viande de chèvre a été également vendue. Certains tenanciers de bistrot affirment qu’ils n’ont jamais cessé de vendre cette viande, arguant  qu’ils soumettent les chèvres à l’examen vétérinaire avant de les abattre.

 

A l’abattoir de Bujumbura, les chèvres et moutons étaient attroupés derrière la clôture. Les propriétaires de ces petits bétails affirment que les moutons et chèvres non suspects sont abattus pour être distribués dans les différents Quartier de la ville de Bujumbura, après avoir été testés.

 

Interdite depuis plus de 3 mois, la consommation de viande de petits ruminants n’a pas encore été officiellement autorisée même si la ministre en charge de l’agriculture avait donné le Rendez-vous pour ce 13 Juin.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 204 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha