Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

La surtaxation à l’origine de la suspension des travaux de construction au Sud du pays

mardi, 08 mai 2018 10:28
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Grognes des populations des communes Matana, Mugamba et Rutovu suite à la hausse des prix du sable et moellon. Au moment où les propriétaires des chantiers ont suspendu les activités, l'association qui extrait ces matériaux de construction dans ces communes explique qu'elle a été obligée de revoir ses tarifs à cause d'un montant qualifié d'exorbitant payé dans les caisses de l'Etat.

8.500.000 francs burundais, c'est le montant que les commerçants réunis au sein de l'association SIMAROC disent avoir versé dans les caisses de la Banque de la République du Burundi pour démarrer les travaux d'extraction du sable et de moellon dans les communes Matana, Mugamba et Rutovu toutes de la province Bururi. Ces activités ont commencé au mois de mars de cette année. Les populations de ces communes dénoncent l'augmentation exagérée des prix de ces matériaux.

 

« Nous sommes dans la désolation suite aux prix des matériaux de construction qui ont grimpé. Une benne de moellon qui était à 60 mille francs s'achète maintenant à 80 mille. Une benne de sable est passée de 50 mille francs à 75mille. Nous somme dépassés. »

 

Ceux qui avaient le projet de construire disent être découragés. Même les propriétaires des chantiers ont suspendu leurs activités.

 

« Ceux qui avaient commencé à construire ont été obligés de suspendre les travaux. Nous demandons aux autorités chargées de protéger la population de se lever pour que cette association ne continue pas à exploiter la population. »

 

Au sein de l'association SIMAROC, ils indiquent qu'ils ont majoré les prix de ces matériaux de construction afin de ne pas travailler à perte. Mis à part le montant versé dans les caisses de l'Etat qu'ils qualifient d'exorbitant, la surtaxation dont ils font l’objet vient également empirer la situation. Témoigne Alexis KWIZERA, un des membres de l'association SIMAROC. « Il y a de l'argent payé pour les taxes communales, celui pour les quittances et une autre taxe pour les ouvriers. Ceux qui se lamentent ne savent pas ce qu’on endure pour pouvoir être opérationnel. »

 

L'association SIMAROC a un contrat d'une année pour extraire le sable et le moellon, de mars 2018 à mars 2019, un contrat qui peut être renouvelé en cas de besoin.  

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 245 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha