Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

La saison culturale sourit aux burundais exilés à Nakivale et à Lusenda

mercredi, 10 janvier 2018 09:38
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les réfugiés burundais du camp de Nakivale en Ouganda ont accueilli avec joie et satisfaction la nouvelle mesure du HCR de revoir à la hausse leur ration alimentaire. Une joie qui s'ajoute à une autre puisque la récolte de cette saison culturale a été très bonne selon toujours ces réfugiés.

Les réfugiés burundais du camp de Nakivale en Ouganda acclament la décision du HCR de doubler la quantité de la ration alimentaire de chaque individu. Chaque réfugié recevra désormais une quantité de 6 kilogrammes de vivres au lieu de 3 et ceux qui bénéficiaient de 6 Kilogrammes en auront 12. Ces réfugiés ne cachent pas leur sentiment de satisfaction

 

« Nous saluons cette mesure car désormais les problèmes liés à la faim à cause de la petite ration alimentaire sont plus ou moins résolus. »

 

Dans la distribution de ces vivres, l'ancienneté est l’un des critères pris en considération. Ainsi, les nouveaux sont servis en grande quantité de vivres car n'ayant pas encore de terre à cultiver.

 

« Les nouveaux reçoivent 12 kilogrammes et les anciens 6 kilogrammes car l'on considère qu’ ils sont déjà habitués et certains d'entre eux cultivent déjà des terres."

 

La bonne récolte enregistrée à la fin de l'année 2017 est aussi à l'origine de leur satisfaction et joie. Une bonne récolte due à de  bonnes conditions climatiques, renchérissent ces réfugiés.

 

Le haricot, le maïs et le sorgho sont entre autres les cultures les plus connues dans ce camp de Nakivale.

 

 

Une saison culturale qui a aussi souri aux réfugiés burundais de Lusenda.

 

 

Les réfugiés burundais du camp de Lusenda en République Démocratique du Congo se disent eux aussi satisfaits de la récolte des tomates de cette période culturale. Une situation qui, selon eux, leur permettra d’améliorer et d’équilibrer leur alimentation.

 

« Pendant les fêtes de fin d'année, un bassin plein de tomates s’achetait à 7.000 francs congolais. Il y avait une bonne clientèle car c’était des jours des fêtes. » Disent les réfugiés vendeurs du camp de Lusenda.

 

Ils ajoutent aussi que, mis à part les tomates, toutes les récoltes ont été très bonnes et ont été beaucoup vendues.

 

L'agriculture joue un double rôle dans le camp de Lusenda, selon ces réfugiés. Non seulement ils gagnent de l'argent, mais aussi ils nouent des amitiés avec leurs voisins congolais à travers leur commerce. Les réfugiés burundais de Lusenda ont pu aussi créer un petit marché grâce à l'abondance de leurs récoltes.

 

Ces réfugiés louent les champs des congolais et les semences sont données par la collective des associations nommées Action d’Espoir œuvrant dans le domaine de l’agriculture dans cette localité.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 552 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha