Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Les déplacés du site de Campazi menacés d’expulsion pour laisser place à une usine de thé

jeudi, 18 mai 2017 14:41
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Les déplacés du site de Campazi en commune Muruta, Province Kayanza se disent très inquiets quant à leur avenir. Des études de terrain sont presque achevées afin de construire une usine de thé sur le terrain où sont érigées les maisons des déplacés de ce site. Ces déplacés disent qu’ils n’ont pas d’autre logement ni d’autre lieu où s’installer, s’ils devaient être chassés de Campazi. 

 

Selon les déplacés du site de Campazi, le Ministre de l’agriculture et de l’élevage s’est rendu en personne dans ce site au mois de mars. Il était accompagné des responsables administratifs de la province et des communes de Kayanza. 

 

Lors de cette descente, poursuit la population de ce site, le Ministre Deo Guide Rurema a annoncé qu’il y a un projet de construction d’une usine de thé sur l’espace où se trouvent les maisons des déplacés. 

 

Ces déplacés affirment qu’ils ont été étonnés d’entendre une telle annonce, car ils n’ont pas été informés de leur avenir après leur expulsion. 

 

« Cette construction doit démolir toutes nos maisons. Nous lui avons dit que c’est un bon projet, mais qu’il faut définir notre avenir après cette expropriation. Nous n’avons pas où aller. Nous vivons dans ce site depuis 1993. Il n’a pas répondu à nos questions », s’indigne un déplacé du site Campazi.

 

Cette population demande que l’usine soit construite sur un autre espace, afin de préserver leurs habitats. « L’autre possibilité c’est que le gouvernement cherche un autre espace où les déplacés vont construire des maisons », ajoute un autre déplacé de Campazi.

 

Les études de construction de l’usine de thé sont en cours et les travaux devraient commencer au cours de ce mois de Mai. « La semaine passée, une délégation est revenue voir le terrain. Nous avons pu reconnaitre le Directeur de l’Usine de l’OTB-Rwegura », indiquent les déplacés qui attendent toujours une réponse du Ministre.

 

L’administrateur de Muruta, Justine Komezadusenge, se refuse à tout commentaire. 

 

Le site de Campazi date de 1993. Il avait été ouvert pour héberger les rescapés des massacres des tutsis. Actuellement, ce site compte plus de 1.000 ménages.

 

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 115 invités et aucun membre en ligne