Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Pénurie de carburant dans les provinces, la spéculation persiste

vendredi, 31 mars 2017 13:46
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les consommateurs du carburant en commune Kayogoro de la province Makamba se plaignent de l'irrégularité du prix du carburant. Si ce produit n'est pas vendu à 4.000 francs burundais le litre, les preneurs sont obligés d'y ajouter un surplus de 10.000 francs burundais. Cette situation est consécutive à une pénurie de carburant, également généralisée dans tout le pays depuis la semaine dernière.

 

La station-service décriée par les consommateurs se trouve sur la route Makamba-Rutana à Kayogoro. Les conducteurs des véhicules qui empruntent cet axe disent que ladite station vend de l'essence à un prix non-réglementaire. 

 

Ces conducteurs disent que des responsables administratifs sont pourtant au courant de cette hausse des prix inexpliqués. « Lorsqu'on apporte du carburant dans cette localité, il est vendu à 2.400 francs le litre ; et quand on leur demande de remplir le réservoir, ils demandent une somme de 10.000 francs burundais. Tout cela se fait en présence des propriétaires des stations-service. On dit qu'ils bénéficient d'une couverture d'un certain responsable du parti CNDD-FDD. Le gouverneur s'est rendu lui-même sur place mais il n'y a eu aucun changement, c'est vraiment déplorable », explique notre source.

 

Ces conducteurs déclarent également qu'ils travaillent à perte. « Le carburant est déversé dans des bidons pour être vendu sur le marché noir entre 3.500 et 4.000 francs le litre surtout pendant la nuit. Ce carburant acheté à Makamba vient de la province Gitega, on n'est plus approvisionné à partir de Bujumbura. Nous enregistrons des pertes énormes, nous sommes obligés d'exiger à nos clients de payer une somme de 7.000 ou 7.500 francs burundais entre Rutana et Mabanda et cela entraine tous les jours un climat de mécontentement des clients », conclut notre source qui est un transporteur.

 

L'administrateur de la commune Kayogoro Zachée Misago s'est réservé de tout commentaire à notre appel.

 

La grogne est similaire à Ruyigi

 

Selon les usagers des véhicules et motos, les stations-service de Ruyigi connaissent une pénurie d’essence depuis deux mois. Ils sont contraints d’acheter le carburant au marché noir à un prix exorbitant de 4.000 francs le litre. 

 

A part qu'ils encaissent une perte énorme liée à ce prix exorbitant, ils soulignent que le carburant acheté sur le marché noir endommage leurs automobiles, du fait qu'il n’est pas bien conservé et contient par conséquent des matières impurs.  

 

Les transporteurs ont aussi été contraints de revoir à la hausse leurs tarifs, imposant 1.000 francs supplémentaires sur le prix du transport vers les provinces frontalières de Ruyigi. 

 

Certaines activités notamment les différents services de la fonction publique dans cette province fonctionnent au ralenti à cause de cette pénurie, le personnel trouvant difficilement un moyen de déplacement vers les collines éloignées. 

 

Dans la ville de Bujumbura, après quelques jours de pénurie, la situation est redevenue normale dès ce jeudi. 

 

Lu 213 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 227 invités et aucun membre en ligne