Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Des entreprises ferment les portes aux stagiaires des écoles techniques sans raison

jeudi, 09 mars 2017 05:56
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Certaines entreprises opérant au Burundi refusent de recevoir les élèves stagiaires des écoles techniques publiques et privées. Cela exacerbe les élèves qui se retrouvent concentrés dans le peu d'entreprises qui acceptent de les recevoir, ce qui handicape leur apprentissage.

 

Certaines entreprises, tant étatiques que privées, ont récemment refusé de recevoir les élèves stagiaires lauréats des écoles techniques. C'est notamment l'Office des Transports en Commun (OTRACO), Burundi Tobacco Company (BTC) et l'Office du Thé du Burundi (OTB) dans une moindre mesure. 

 

Ces deux premières entreprises sont les plus connues par les élèves et les éducateurs des écoles techniques comme n'acceptant plus les stagiaires dans leurs ateliers et dans leurs bureaux depuis l'année dernière et en début de cette année, selon plusieurs sources au sein de ces établissements scolaires. Ce sont pourtant ces mêmes entreprises qui avaient pour tradition de recevoir beaucoup de stagiaires dans le passé. 

 

Plus d’un s’interroge alors sur ce revirement. Les élèves et les éducateurs se demandent ainsi si le rejet des stagiaires par ces entreprises n'émanerait pas de leurs dirigeants qui ne donnent pas la valeur aux stages ou qui ne savent pas que ces entreprises ont depuis longtemps aidé le pays dans la formation technique des jeunes par ces stages.

 

Cependant, d’autres entreprises comme SOSUMO, REGIDESO, COGERCO, Globart Port Services BURUNDI, et d'autres encore continuent de former des stagiaires sans problème.

 

Ainsi donc, les élèves candidats stagiaires se demandent pourquoi une entreprise opérant au pays refuse qu'ils y effectuent des stages alors que tout son personnel et ses dirigeants ont eux aussi effectué des stages quelque part dans leurs parcours scolaire. Les élèves demandent que toutes les entreprises opérant au Burundi les reçoivent afin qu'ils renforcent leurs connaissances apprises en classe. « Cela constitue un point de départ pour la vie active ou l’entrée à l'enseignement supérieur », estiment ces élèves.

 

Les éducateurs des écoles techniques sont du même avis. « Les entreprises installées au Burundi devraient toutes ouvrir les portes aux stagiaires, aidant ainsi le pays dans la formation technique de ses filles et fils », nous ont confié certains d’entre eux.

 

Si un certain nombre d'entreprises refusent de recevoir des stagiaires, le peu d'entreprises qui acceptent de les accueillir se retrouvent en effectif élevé, font aussi remarquer les éducateurs. Ainsi, les stages en question sont mal faits, car il est très difficile d'encadrer beaucoup de stagiaires à la fois. 

 

Les éducateurs remercient néanmoins les entreprises qui continuent de recevoir des stagiaires. 

Lu 46 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 163 invités et aucun membre en ligne