Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

L’hygiène laisse à désirer au marché de la zone Musaga. Depuis 6 mois, il n’y a ni eau ni toilettes publiques. Non plus, les immondices de sa décharge n’ont pas été évacuées. Les commerçants craignent des maladies liées au manque d’hygiène.

Manque criant des médicaments pour des maladies chroniques dans différentes pharmacies de la mairie de Bujumbura et de l’intérieur du pays. Ces médicaments  sont disponibles à compte-gouttes dans les pharmacies des privés et coûtent chers. Les personnes les plus exposées sont celles qui souffrent du diabète et de l’hypertension. Des pertes en vies humaines risquent d’être enregistrées.

Grognes des agents de la Force de Défense Nationale. Ces derniers se plaignent qu’ils ne bénéficient pas le paiement de la totalité de leurs soins de santé et des médicaments en dehors de l’hôpital militaire. S’ils sont obligés d’aller chercher des médicaments dans d’autres pharmacies de la mutuelle, ils payent des suppléments. Ce qui n’est pas le cas des agents du Service National de Renseignements et de la police. Ces institutions payent la totalité pour l’accès aux soins de santé et l’achat des médicaments de leurs agents.

Le médecin chef du district de Mpanda en province Bubanza est pointé du doigt dans la perturbation des activités au sein des centres de santé de ce district sanitaire. Les permutations entre titulaires des centres de santé opérées par ce médecin unilatéralement ont été annulées par le Ministère de la santé.

Les plus démunis de la commune Ruhororo en Province Ngozi sont contraints, soit d’adhérer au parti CNDD-FDD, soit de donner une certaine somme d’argent pour avoir la carte d’assurance maladie, "CAM". Une carte normalement octroyée gratuitement à cette catégorie de personnes.

Le virus qui a commencé à tuer les chèvres en commune Bugendana de la province Gitega, a déjà atteint deux autres provinces du pays. Cette maladie qui inquiète les éleveurs, a été diagnostiquée par la Direction de la santé animale, il s’agit de la peste des petits ruminants.

Le choléra continue à se manifester à une allure très inquiétante dans certaines communes de la Province BUBANZA. Un cas de décès causé par cette maladie a été enregistré dans la commune GIHANGA ce vendredi 24 Novembre. La population confrontée à cette maladie dénonce le fait que les responsables administratifs, tout comme ceux de la santé, ne veulent pas reconnaître l’existence de cette maladie qui fait rage en Province de BUBANZA actuellement. Cette population implore les autorités à plutôt prendre des mesures qui s’imposent pour lutter contre à ce fléau. 

La population indique que le secteur de santé au Burundi reste à désirer. Selon nos sources, l’accès aux soins de santé au Burundi est devenu un casse-tête. A part le manque criant des médicaments, ceux qui sont encore disponibles, dans différentes pharmacies du pays, se vendent à un prix exorbitant, alors que la population burundaise est actuellement dans une d’extrême pauvreté.

Réduire la malaria au camp de Nduta, c’est l’objectif d’une campagne de distribution des moustiquaires. Une campagne initiée par l’ONG « Médecins Sans Frontière» et débutera ce lundi.

Les médicaments pharmaceutiques connaissent une période dure au Burundi. Les prix des différents médicaments ont monté d’un cran et certains autres ne sont plus disponibles dans les pharmacies.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

12 décembre 2018

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 173 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha