Les responsables des structures sanitaires dans la province de Kayanza se disent très inquiets de la croissance du paludisme dans cette province. Certains de ces responsables qualifient les cas d’épidémie dans cette province qui connaît aussi une démographie très importante.

Le nombre de patient est passé de 3500 à 9000, selon le district sanitaire de la province Ngozi. L’eau stagnante en cette période de pluie, le mauvais usage des moustiquaires imprégnées sont les principales causes de l’augmentation de la malaria à Ngozi.

Selon une étude faite en 2015, 80 pourcent de femmes ont connu une stigmatisation dont 70 pourcent d’entre elles étaient des femmes porteuses du VIH SIDA. Souvent, les femmes séropositives seraient victimes de différentes violences et des traitements dégradants. Cela touche leur psychologique et la santé de ces femmes, pilier de la famille. La femme devant d’abord se soigner et travailler pour subvenir aux besoins de ses enfants et de toute la famille.

La dysenterie bacillaire s’est déclarée parmi certains malades de l’hôpital autonome de Ngozi. Selon le personnel soignant, « tout cela démontre que les autorités de l’hôpital négligent l’hygiène et qu’il y a un surnombre de malades ». L’hôpital de Ngozi accueille en effet des patients venus de toutes les provinces du Nord du pays.

« La santé des personnes vivant avec l’albinisme se détériore de jour en jour suite au manque de moyens de se faire soigner ». C’est ce qu’affirme par Moise Nkengurutse, représentant de l’Organisation des personnes Albinos au Burundi (OPAB).

Dans la province Mwaro au centre du pays, « plus de 500 personnes dépistées au VIH/Sida au cours de la première moitié de l’année sont séropositives ». Cela a été affirmé par le Dr Nicolas Nitunga, medecin provincial dans cette province de Mwaro, c’était ce mardi lors de la célébration de la journée internationale de lutte contre le Sida.

Le vaccin contre la poliomyélite inachevée sera introduit au Burundi ce lundi 16 novembre 2015. Ce vaccin, qui est injectable, sera administré aux bébés de trois mois et demi. Il sera également combiné à celui utilisé couramment contre la poliomyélite donné aux bébés de un mois et demi, deux  mois et demi et trois mois et demi.                        

Les enfants souffrant de maladies compliquées dont les soins ne sont pas disponibles au Burundi sont confrontés à plusieurs difficultés liées à la crise socio-politique en cours depuis le mois d'avril cette année.                                                 

Une campagne de lutte contre la « dermatose nodulaire contagieuse bovine » qui attaque la peau des vaches a été lancée ce mardi dans toutes les provinces du pays. A ce titre, chaque vache est vaccinée moyennant une somme de 600 francs burundais par tête de bovin.

Au Burundi, le test ADN est une nouveauté introduite par KIRA Hospital en mars 2015. Ce test génétique est le plus souvent sollicité pour des recherches de paternité. Mais les demandeurs semblent ignorer les conditions requises pour faire ce test.

Publicité

TAARIFA YA HABARI YA 26/04/2015

Qui est en ligne?

Nous avons 242 invités et aucun membre en ligne