Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

L'effectif des malades du paludisme a augmenté depuis le mois de septembre précèdent dans la province de Kayanza.
« Les données fournies par les chefs des districts sanitaires montrent que le nombre des paludéens a augmenté par semaine et par district sanitaire entre le mois de septembre et celui d'octobre », indique le docteur Félicien Ndimubansi, médecin directeur dans la province de Kayanza.
La vente des médicaments sans ordonnance prescrite par un médecin ou un infirmier se pratique dans certaines pharmacies privées de la province Gitega. Les médecins contactés disent que cette pratique constitue un danger pour la vie des patients. Ils conseillent aux pharmaciens d'appliquer la déontologie médicale qui interdit de livrer le médicament sans présentation d'une ordannance médicale.
Le nombre de diabétiques  a augmenté dans la province  de Ruyigi depuis  le début de l’année 2016.
 
La province de l’Est compte actuellement 207 diabétiques diagnostiqués depuis le mois de janvier, alors qu’en 2015 ils étaient au nombre de 345.
 
Selon des sources médicales, douze parmi eux sont décédés.
 
Les médecins de la province de Ruyigi indiquent qu’ils reçoivent au moins une personne diabétique  chaque  jour. 
 
Les diabétiques sont dans le désespoir car selon eux, cette maladie est à l’origine de la pauvreté de leur  famille. « Les médicaments coûtent très chers », se plaignent les malades qui disent être dans une extrême pauvreté. 
 
Ils ajoutent qu’ils ne peuvent pas s’offrir « le régime alimentaire imposé par le diabète », toujours faute de moyens. Certains d’entre eux ne peuvent ni avoir de médicaments, ni    se mettre au régime  spécial pour diabétiques. 
 
Ces malades demandent d’être soutenus afin qu’ils puissent fonder une  association  solidaire  qui pourra les aider dans l’achat de médicaments et à travers laquelle ils pourront exprimer leurs idées et leurs desideratas. Les diabétiques vivant à Ruuigi demandent aussi au gouvernement d’organiser des séminaires de formations  envers la population  sur la prévention du diabète.
Des signes de présence de cas de choléra sont signalés dans la zone Mukungu de la province Makamba. Jusque ce mercredi 7 septembre 2016, trois personnes étaient hospitalisées au centre de santé Mvugo. Les responsables administratifs disent avoir pris des mesures pour contrer ce fléau.
Cet incident s’est produit dans une fête familiale célébrée la semaine précédente sur la colline Nyabihanga dans la zone Mugomera, commune et province de Ngozi. « Les personnes qui ne se sont pas fait soigner sont actuellement dans une situation très critique et agonisante faute de moyens financiers pour se faire soigner », précisent leurs voisins.
Le camp de réfugiés des Burundais localisé à Mutenderi en Tanzanie a été ouvert le 17 janvier 2016. A cette période, il comptait 460 réfugiés seulement. Mais jusqu’au 20 Août courant, le Haut-Commissariat pour les Réfugiés énumérait 34.091 réfugiés vivant dans des conditions socio-sanitaires extrêmement déplorables, comme l’indiquent les responsables de ce camp. 
L'épidémie de choléra continue de s'étendre dans la commune Kabezi en province de Bujumbura, de même que dans certains quartiers de la capitale Bujumbura. La pénurie d'eau potable et le manque d'hygiène seraient les principales causes du retour du choléra. Deux centres d'accueil des personnes infectées par le choléra sont déjà installés.
Une épidémie de choléra sévit depuis Juillet dernier dans le district sanitaire de Kabezi en province Bujumbura. Une centaine de personnes sont atteintes et près de 12 collines, toutes riveraines du lac Tanganyika, sont affectées.

Un sentiment de satisfaction s’observe dans les yeux des malades, des gardes malades et du personnel soignant aux hôpitaux de Mabayi et Cibitoke. « Le sang est actuellement disponible » expliquent les malades et les gardes malades.

Gashora est un camp de réfugiés burundais situé au sud du Rwanda dans la région de Bugesera, frontalière avec le Burundi. Les réfugiés disent être attaqués par des verminoses intestinales suite à certains aliments consommés dont ils n’ont pas l’habitude.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 302 invités et aucun membre en ligne