Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Carence de médicaments dits spécialités au Burundi faute de devises

mercredi, 23 janvier 2019 20:43
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le coût des médicaments appelés spécialités est de plus en plus exorbitant au Burundi. Les vendeurs de ces médicaments indiquent qu’ils éprouvent des difficultés à les importer suite au manque des divises au pays. Les premières victimes de ce manque sont les affiliés de la Mutuelle de la fonction publique qui ont du mal à se procurer les médicaments leur prescrits par leurs médecins.

Les importateurs des médicaments estiment que les médicaments étaient classés parmi les premières priorités du gouvernement. Mais ils s’étonnent de constater que ce n’est pas le cas puisqu’ils ne sont plus servis en devises par la banque centrale du Burundi. Pour pouvoir importer les médicaments, expliquent-ils, ils font recours aux marchés parallèles et arrivent, soulignent-ils, avec le peu de devises qu’ils arrivent à avoir, à importer quelques médicaments.

 

Un autre élément évoqué par ces importateurs est qu’ils ne voient pas comment donner aux affiliés de la Mutuelle de la fonction publique les médicaments qui coûtent cher. Ils disent que les responsables de cette mutualité ne tiennent pas compte de la valeur d’un médicament depuis son importation jusqu'à sa vente. Ce qui fait qu’ils préfèrent donner ce médicament à celui qui l’achète à 100% pour ne pas travailler à perte.

 

Ce manque de médicaments appelés spécialités pose problème au pays. Le ministre des droits de l’homme, Martin Nivyabandi, lors des questions orales à l’assemblée nationale, a affirmé que le gouvernement n’a pas les moyens pour acheter des médicaments appelés spécialités à tous ses fonctionnaires. Et d’indiquer que, qu’à cela ne tienne, l’essentiel est que les médicaments appelés génériques soient disponibles.

 

Les techniciens dans le domaine de la santé font savoir que les génériques en soi ne posent pas problèmes mais que le grand problème est qu’au Burundi il n’y a pas un laboratoire spécialisé pour vérifier si ces médicaments génériques sont bénéfiques à la santé d’un malade.

Lu 518 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2019 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

19 février 2019

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 376 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha