Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Ces disparitions qui nous hantent toute la vie

jeudi, 31 août 2017 07:05
Évaluer cet élément
(1 Vote)

Les spécialistes en santé publique indiquent que les familles des personnes disparues traversent sans cesse des moments de bouleversement et croient un jour les rencontrer, il y en a qui se lancent dans des crimes ignobles projetant ainsi la vengeance.

 

La répercussion psychologique sur les parentés des disparus  crée une torture mentale.

 

Pour les spécialistes en santé, les familles restent dans une grande angoisse : « ils s’imaginent sans cesse le sort du leur, est-il encore vivant? Le reverrons-nous un jour ? A-t-il changé ? Ils s’attendent chaque fois à le revoir et n’accepte jamais sa disparition », explique Gabriel Hakizimana, Dr en santé publique

 

Les membres de ces familles ont tendance à s’isoler, se méfier de tout le monde car ils ne sauront jamais pourquoi le leur a disparu, qui l’a fait disparaitre et ainsi soupçonnent la complicité, l’implication de toute personne, ajoute l’expert.

 

« La plupart du temps, ce sont les chefs de ménages qui disparaissent. Non seulement la famille ne pourra pas enterrer le leur mais ressente aussi son absence en ne parvenant plus à couvrir tous leurs besoins. Ainsi  la dépression est aggravée par la pauvreté », clarifie Dr Hakizimana

 

Les enfants, des êtres fragilisés par ces disparitions

 

Des études montrent que les enfants dont tous les parents ou un d’eux a disparu, grandissent avec de la mélancolie.

 

« Habitué à jouir de la présence de tous les parents, si brusquement l’enfant ne revoit plus ses parents ou l’un d’eux, il perd ses repères. Côtoyant des enfants qui ont toujours les deux parents, sa tête se remplit de questions sans réponses », fait savoir le spécialiste

 

La pauvreté comme chez l’adulte, enfonce l’enfant également. « Ne pouvant plus être satisfait dans ses besoins comme avant, l’enfant regrette chaque instant la disparition de son parent. Et si la pauvreté perdure, l’enfant peut développer de la frustration en lui», avertit l’expert en santé publique.

 

Malgré la disparition de leurs parents, certains enfants une fois bien encadrés et aidés par la famille et l’entourage, peuvent adopter un esprit positif. Toutefois, d’autres optent pour la vengeance et sombrent dans la criminalité. «C’est le cas de certains des dirigeants actuels du Burundi. Ce sont des victimes du crime de disparitions forcées commis les années antérieures », constate le spécialiste de la santé publique

 

Une assistance psychologique pour préserver l’avenir des familles

 

Pour la protection et la sauvegarde de l'avenir des familles des disparus mais aussi pour celui de la nation, les spécialistes conseillent que les parents des disparus ne s'isolent pas et si c'est nécessaire les aider à consulter les services professionnels des psychologues ou des médecins psychiatres, ajoute Gabriel Hakizimana, Docteur en santé publique.

 

Docteur Gabriel Hakizimana fait savoir que pour les enfants c'est encore plus délicat, "Il faut rassurer l'enfant, il faut l'entourer d'amour, il faut que l'enfant puisse continuer à vivre sa vie. Autre chose, il ne faut jamais occulter la vérité, expliquer aussi les choses telles qu'elles sont tout en essayant de ne pas semer la rancune ou de ne pas faire en sorte que l'enfant puisse grandir avec la haine." Conclut Gabriel Hakizimana, Docteur en santé publique

Lu 178 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 107 invités et aucun membre en ligne