Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Cankuzo : Grogne des malades de l'hôpital régional suite au manque de matériel

lundi, 28 novembre 2016 08:37
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Fortes grognes des malades à l'hôpital régional de Cankuzo à l’Est du Burundi. Cette institution souffre d'un manque criant de matériel de laboratoire et de médecins spécialistes surtout en gynécologie.      
 
La population de Cankuzo se lamente du mauvais accueil dans le principal hôpital. Le drame dans cette histoire est que les malades qui ont besoin d'être transfusés sont examinés à l'œil nu car l’appareil destiné à cette analyse est en panne depuis 3 semaines.
 
« Ils ne font plus d’analyses du sang pour connaître le groupe sanguin, et si un malade a besoin d'une transfusion l'examen se fait à l'œil nu. Ils m'ont aussi expliqué que la machine est en panne et qu'un seul technicien peut la réparer. On se demande alors s'il n’existe réellement qu’un seul technicien dans tout le pays », se plaint un patient à Cankuzo.
 
Selon des patients, cela fait plusieurs mois que la machine ne fonctionne pas. Ils ajoutent que le laboratoire manque aussi de réactifs. « C'est évident que ce sont les malades qui en payent le prix », ajoutent nos sources. 
 
La colère est aussi exprimée par les femmes enceintes qui ne trouvent aucune utilité de l'appareil échographique de l’hôpital, parce que le médecin en charge de l'échographie est très souvent absent. Les patients se plaignent de la négligence des médecins, qui serait à l’origine de certains décès.  
 
« La semaine passée, une voisine est venue accoucher dans cet hôpital et elle est morte avec son enfant. Les femmes transférées depuis les centres de santé arrivent très fatiguées à l'hôpital, sans oublier les retards de l'ambulance. Un autre grand problème est le manque de matériels notamment l'échographie car c'est le médecin directeur qui peut le faire et celui-ci peut même passer des semaines sans se présenter au service », déplorent ces mêmes patients à Cankuzo
 
Ainsi, les patients n’ont d’autres recours que de demander le transfert vers d’autres hôpitaux des provinces voisines, ce qui constitue un autre calvaire. « Transporter un malade de Cankuzo vers l'hôpital de Gitega qui offre plusieurs service est un long trajet, sans dire que l'hôpital de Ruyigi de Maggy qui est le plus proche a été fermé », ajoutent les patients.
 
Par conséquent, le malade est obligé de payer l'essence ou de se débrouiller pour aller se faire soigner vers une autre province. 
Lu 260 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 299 invités et aucun membre en ligne