« Le staff des Nations-Unies a été manipulé par des politiciens aux intérêts inavoués », a déclaré ce mercredi le 1er vice-président de la République Gaston Sindimwo. Alors qu’il était à Bugendana dans le cadre d’une tournée de sensibilisation aux déplacés pour leur demander que les volontaires regagnent leurs collines, le numéro 2 de l’exécutif a de nouveau rejeté la responsabilité des crises répétitives aux puissances étrangères dont l’ONU.
Les déplacés du site de Mutaho craignent de voir leurs terres spoliées par les autorités administratives. Cette inquiétude est survenue après la tournée effectuée par le premier Vice-Président de la République dans ledit site.
Le Président Burundais ne tari pas d’éloges envers la Brigade spéciale pour la protection des institutions (BSPI). Lors des échanges de vœux avec les militaires de la garde présidentielle, Pierre Nkurunziza a vivement félicité ses hommes, dont plusieurs membres sont pourtant cités dans des actes de répression et de violation des droits de l'homme. 
Le gouvernement burundais a déclaré via son porte-parole qu’il ne se laissera pas « intimider » par l’organisation des Nations-Unies sur l’amendement de la constitution burundaise ou la limitation des mandats présidentiels ; car cela relève de la souveraineté du Burundi. De plus, le secrétaire-général de l’ONU est « trompé » par des rapports biaisés rédigés par un de ses fonctionnaires que le Burundi a récusé, affirme Bujumbura. 
Le 1er vice-président de la République du Burundi décourage formellement tous ceux qui croient en la paix et au gouvernement de transition qui émaneraient des pourparlers inter-burundais d'Arusha en Tanzanie. Gaston Sindimwo l’a déclaré lors d’une descente à Makamba où il participait aux fêtes commémoratives du 55ème anniversaire de son parti UPRONA. 

Publicité

TAARIFA YA HABARI YA 26/04/2015

Qui est en ligne?

Nous avons 275 invités et aucun membre en ligne