Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

9 partis politiques de l’opposition rappellent à la Commission électorale CENI sa promesse d’organiser l’atelier d’évaluation objective et transparente du déroulement de

La police a procédé ce mardi matin à l’arrestation de certaines personnes parmi une foule de gens venant de différents quartiers de la mairie de

 

Il y aurait un plan de vendre les biens du parti UPRONA, planification manigancée par

Le ministre de l’Intérieur nie s’être immiscé dans les affaires judiciaires plus précisément dans le dossier d’Agathon Rwasa. Toutefois,

Dix huit partis politiques d’opposition demandent qu’il y ait un mécanisme mixte comprenant le gouvernement, différents partis politiques et les bailleurs pour débattre de la mise en place d’un nouveau processus d’enrôlement des électeurs car indiquent-ils dans une conférence de presse organisée ce mardi, l’application a été entachée de plusieurs irrégularités.

Au premier plan dans cette conférence de presse était le député Jean Minani, président du parti Sahwanya FRODEBU Nyakuri, non loin de lui se trouvait Léonce Ngendakumana, président du FRODEBU avec beaucoup d’échange à voix basse. Puis vient Agathon Rwasa du FNL qu’il qualifie d’indépendant. Pour Charles Nditije qui se réclame de l’UPRONA, mais également d’autres partis politiques, ils demandent qu’il y ait un mécanisme mixte comprenant le gouvernement, les partis politiques, l’ONU, l’Union Africaine, les bailleurs de fonds pour débattre d’un nouveau processus d’enrôlement car l’autre ayant été entachée de plusieurs irrégularités. Les partis politiques qui étaient présents à cette conférence de presse sont le FNL d’Agathon Rwasa, FRODEBU Nyakuri, FRODEBU, UPRONA de Charles Nditije, PARIBU, UPD Zigamibanga de Chauvineau Mugwengezo, MSD, Vert Intwari, Abahuza, NADEBU, RADES, PASIDE, ADR, CNDD, SONOVIE, FEDES Sangira et PARENA.     

En réaction, la Commission Electorale Nationale Indépendante « CENI » reconnait qu’il y a eu des irrégularités dans le processus d’enrôlement. Pour le porte-parole de la CENI, ces erreurs pourront être corrigées progressivement. Cependant, Justine Nkurunziza, présidente de la Coalition de la Société Civile pour le Monitoring Electorale, COSOME en sigle, trouve difficile, voire impossible la correction de ces erreurs.  Prosper Ntahorwamiye et Justine Nkurunziza étaient des invités de l’émission Murikiriyonja de ce lundi.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 86 invités et aucun membre en ligne