Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Le 26ème Sommet des Chefs d’Etat de l’Union Africaine s’est clôturé ce dimanche 31 janvier 2016 à Addis-Abeba sur un échec des dirigeants à s’entendre pour l’envoi d’une force de maintien de la paix au Burundi. La situation du Burundi qui traverse une grave crise politico-sécuritaire depuis l’annonce du Président Pierre Nkurunziza de briguer un troisième mandat était l’un des sujets épineux à l’ordre du jour du Sommet qui a également vu la participation de Ban-Ki-Moon. Bujumbura jubile, l’opposition responsabilise les dirigeants africains sur les crimes commis par le pouvoir tandis que les groupes qui ont annoncé la lutte armée décident de poursuivre leur combat.   

Le président Pierre Nkurunziza ne doit pas diriger la Transition, une fois négociée. C’est la position des Forums des diasporas burundaises (FODIB) alors que sont attendus les prochains rounds de négociations entre l’opposition et le gouvernement de Bujumbura. Pour cette association de la diaspora burundaise, la réouverture des média indépendants privés doit être mise sur les agendas des discussions.

C’est ce mardi qu’a eu l’ouverture officielle du dialogue inter-burundais par la province Kirundo au nord du Burundi. Activité organisée par la CNDI, la commission mise en place par le Président Pierre Nkurunziza. La révision de la Constitution et de l’Accord de paix d’Arusha est proposée avec la suppression des mandats du Chef de l’Etat comme solution à la restauration d’un Etat de Droit, selon les participants.

Le président tanzanien est appelé à ne plus permettre le transit sur le sol de son pays des armes en partance pour le Burundi. C’est l’appel de l’union des associations de la Société civile et des défenseurs des droits de l’homme de la Communauté Est africaine lors de l’audition de doléances de toutes les parties prenantes dans la crise burundaise. Audition organisée par la commission de règlement des conflits de l’Assemblée des députés de l’EAC tenue à Arusha en Tanzanie dont le grand absent était le gouvernement burundais.

Le recensement mené au sein des forces de défense et de sécurité aurait pour objectif de fausser les proportions ethniques dans ces corps. D’après des informations concordantes, le Sénat s’apprêterait à sortir un rapport concluant sur le surnombre des militaires d’ethnie tutsi, contrairement à ce que prévoit l’Accord d’Arusha et ainsi pouvoir intégrer dans ce corps les jeunes ‘’Imbonerakure’’ du CNDD-FDD.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 124 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha