Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Le gouvernement burundais n'a pas voulu accueillir l'envoyé spécial de la Secrétaire générale de la Francophonie. La raison invoquée par les autorités burundaises est un agenda chargé. Mais c'est une réponse que la Francophonie juge « non satisfaisante », selon Michaëlle Jean, Secrétaire générale de la Francophonie.
« Le Burundi se trouve dans une période dangereuse », propos tenus par Monseigneur Justin Welby, qui représente l’Eglise anglicane dans le monde. L’Archevêque de Canterbury venait de rencontrer le Président Nkurunziza ainsi que d’autres acteurs. 
L’Union Africaine s’inquiète fortement de l’ampleur des violations des droits de l’homme et de la répression au Burundi. Ceci ressort d’un communiqué de l’Union Africaine de ce lundi après la visite au Burundi des chefs d’Etats africains envoyés par l’UA. Ce communiqué diffère de celui sorti par le Président Sud-africain, Jacob Zuma, qui dirigeait la haute délégation. En se référant à ce communiqué du Président Zuma, les observateurs avaient sentis une complaisance du Président Zuma envers le Président Nkurunziza.

La crise que traverse le Burundi interpelle les femmes burundaises, toutes catégories et provenances confondues. Et pour cause, elles font face aux tueries, tortures et enlèvements de leurs enfants, maris et frères, sans oublier les viols, menaces, tueries, infirmités, exils et paupérisation qu’elles endurent.

Le nombre de burundais qui ont fui le pays à cause de la crise politico-sécuritaire qui prévaut au Burundi, une crise qui a débuté avec l’annonce du Président Nkurunziza de briguer un 3ème mandat, continue de s’agrandir dans les pays de la sous-région et même plus loin du Burundi. Le Haut-Commissariat pour les réfugiés prévoit que ce chiffre pourrait atteindre les 330.000 personnes vers la fin de cette année.
 
Le rapport du HCR datée du 15 février 2016 dénombre 247.581 réfugiés burundais. En l’espace de dix jours, soit le 25 février, ce chiffre s’est vu rehausser de 13.534 réfugiés. Au total, ils sont au nombre 261.115 burundais qui ont fui le pays.
 
La Tanzanie est la première terre d’accueil des réfugiés burundais. Depuis le début de ce mois de Février jusqu’à la date du 25 février, ce pays a accueilli 4.268 nouveaux réfugiés burundais et depuis le début de l’an 2016, les burundais qui ont pris refuge dans ce pays suite à la crise politique du Burundi sont 10.784. En tout, ce pays frontalier du Burundi héberge 132.380 réfugiés burundais, un chiffre qui équivaut à 53% des burundais qui ont déjà fui le pays.
 
Le Rwanda vient en 2ème position en ce qui est de l’accueil des réfugiés burundais. Ils sont 29% à avoir pris le chemin du voisin du nord du Burundi. L’Ouganda pour sa part compte sur son territoire 9% des réfugiés burundais tandis que la République Démocratique du Congo héberge 8% des réfugiés burundais. Il y a enfin la Zambie, dont on parle peu concernant les réfugiés burundais sur son sol. Le nombre de ces réfugiés s’accroit pourtant de jour en jour. Le même rapport du HCR du 15 février 2016 parle de 1.062 réfugiés burundais qui se trouvent en Zambie, ce chiffre équivaut à 0,4 % de la totalité des burundais qui ont fui la crise.
 
Dans ses prévisions jusqu’au 31 décembre 2016, le HCR prévoit malheureusement une hausse du nombre de réfugiés burundais. Ils pourraient passer à 330.000 avec un budget humanitaire estimé à près de 314 millions de dollars américains. 
 
 

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 237 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha