Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Ces familles sont originaires des provinces de Bujumbura et Ruyigi. Le rapatriement a débuté le jeudi 7 Septembre 2017 dans la matinée. Elles venaient de passer des mois comme réfugiés en Tanzanie au camp de Nduta. 

La crise burundaise perdure, l’opposition politique comme armée se fragilise et la médiation est improductive. Telles sont quelques-unes des analyses d’un expert en risques et conflits, de la situation au Burundi. Analyses que Thierry Vircoulon, consultant à International Crisis Group, a expliquées dans un entretien accordé à la RPA

Dénoncer les crimes et violations des droits de l'homme commis au Burundi est en quelques sortes encourager les ennemis du pays. C'est du moins ce qu'ont déclaré la Ministre de la justice, Aimée Laurentine KANYANA et certains parlementaires du parti CNDD-FDD ce 30 Août 2017 à l'Assemblée Nationale. Des réactions scandaleuses pour des anciens députés.

L'ouverture des enquêtes par la Cour Pénale Internationale (CPI) ne va pas arrêter les crimes contre l'humanité commis au Burundi. Selon un politologue, le rapport donne non seulement l'autorisation aux États parti de prendre le lead et intervenir militairement au Burundi, mais accorde également à la population le droit à la résistance, si l’ONU n’intervienne pas pour arrêter ces crimes.

12.000 réfugiés burundais en Tanzanie ont réclamé à être rapatrier volontairement d’après le ministre burundais de l’intérieur. Selon lui, ces réfugiés le seront d’ici la fin de l’année 2017. Et la moitié de ces réfugiés seront sur le sol burundais au mois d’Octobre 2017 a déclaré le ministre Pascal Barandagiye après une rencontre  avec les représentants du HCR au Burundi. 

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 171 invités et aucun membre en ligne