Elles avaient été sensibilisées pour participer à séminaire par des représentants communaux du parti Uprona en province Bubanza. Cependant, ces femmes se sont retrouvées dans une rencontre à des allures propagandistes de ce parti pro-gouvernemental.
Le Secrétaire général des Nations-Unies exhorte les pays membres de la communauté Est-africaine de suivre l’exemple de la CEDEAO en Gambie pour résoudre la crise burundaise. C’est le message d’Antonio Guterres, après un entretien la semaine dernière avec le Ministre tanzanien des affaires étrangères. Pour Le gouvernement burundais, ce sont les putschistes qui ternissent l’image qui sont à l’origine de tels messages.
L’association de lutte contre le Génocide au Burundi AC-Génocide Cirimoso se dit très inquiète de la mesure prise par Bujumbura de transformer les sites des déplacés en villages de paix. Pour cette organisation, cela montre  la volonté du pouvoir en place de vouloir à tout prix détruire toutes les preuves  de leur crime, ce qui a d’ailleurs poussé les avocats  de la défense des victimes ainsi que l’association africaine des droits de l’homme à saisir le conseiller du secrétaire général de l’ONU en charge de la prévention du Génocide. 
« Le staff des Nations-Unies a été manipulé par des politiciens aux intérêts inavoués », a déclaré ce mercredi le 1er vice-président de la République Gaston Sindimwo. Alors qu’il était à Bugendana dans le cadre d’une tournée de sensibilisation aux déplacés pour leur demander que les volontaires regagnent leurs collines, le numéro 2 de l’exécutif a de nouveau rejeté la responsabilité des crises répétitives aux puissances étrangères dont l’ONU.
Les déplacés du site de Mutaho craignent de voir leurs terres spoliées par les autorités administratives. Cette inquiétude est survenue après la tournée effectuée par le premier Vice-Président de la République dans ledit site.

Publicité

TAARIFA YA HABARI YA 26/04/2015

Qui est en ligne?

Nous avons 145 invités et aucun membre en ligne