Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Le Secrétaire Général de l’ONU exprime ses inquiétudes par rapport à la réforme constitutionnelle au Burundi

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Antonio Guterres, SG de l'ONU Antonio Guterres, SG de l'ONU

Le Secrétaire Général des Nations-Unies se dit préoccupé par le projet de la réforme constitutionnelle au Burundi. Comme mentionné dans le Journal « Jeune Afrique », Antonio Guterres a exprimé, dans un document remis au Conseil de sécurité de l’ONU, ses inquiétudes sur le prochain référendum constitutionnel. Selon lui, ce référendum va raviver plus violemment les tensions entre classes politiques burundaises. Pour l’ambassadeur burundais aux Nations-Unies, cette réaction est une violation de la souveraineté du Burundi.

Dans le journal « Jeune Afrique », Antonio Guterres critique d’abord le forcing de Bujumbura de vouloir procéder à l’amendement de la constitution sans tenir compte des avis de l’opposition.

 

"L’amendement de la constitution exige le consensus d’un plus grand nombre des principaux acteurs de la vie politique d’un pays, » a rappelé Antonio Guterres qui estime que « tout changement doit attendre un environnement politique et sécuritaire favorable à tous les acteurs politiques."

 

Dans cet article de « Jeune Afrique » paru le 7 Février 2018, le Secrétaire-Général des Nations-Unies dénonce une volonté de Pierre Nkurunziza de vouloir briguer deux nouveaux mandats avec cette réforme constitutionnelle.

 

« C’est une violation flagrante du Secrétaire-Général de l’ONU du principe du respect de la souveraineté du Burundi », a répliqué l’ambassadeur du Burundi auprès des Nations-Unies. Albert Shingiro parle d’un rapport scandaleux et politiquement orienté.

Lu 205 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 600 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha