Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Editorial : Le Président burundais, Pierre Nkurunziza, vient de narguer encore une fois la communauté régionale et internationale

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Avec le lancement ce mardi 12 Décembre des activités du référendum sur la révision de la constitution, il balaie, d’un revers de la main, le processus de dialogue inter-burundais initié par la sous-région et appuyé par la communauté internationale.

Ce vendredi 8 Décembre, l’heure a sonné pour que le Président Pierre NKURUNZIZA se dévoile aux yeux de la communauté nationale, régionale et internationale. Il dévoile également sa gourmandise boulimique pour le pouvoir. L’annonce du lancement des activités du référendum est un signe éloquent que Pierre NKURUNZIZA avait une autre carte à jouer pour rejeter une fois pour toute le dialogue inclusif.

 

La participation du Gouvernement de Bujumbura et du parti CNDD-FDD et ses alliés aux derniers pourparlers d’Arusha avait pour attentes : le rapatriement du dialogue, l’appui du facilitateur Benjamin Mkapa pour cautionner sa souveraineté et avoir une feuille de route pour organiser les élections de 2020. Toutes ces attentes avaient pour objectif d’avoir une carte blanche pour organiser les élections de 2020 et légitimer le pouvoir de Bujumbura dans l’optique de changer la constitution et la loi électorale, et ainsi dénigrer les partenaires au développement qui ont pris des sanctions économiques contre Bujumbura afin de le contraindre au dialogue inclusif. Malheureusement, les points de divergences soulevés lors des derniers pourparlers ont fait voler en éclat ces attentes.

 

Bujumbura sort la carte des marionnettes à la tête desquelles Jacques BIGIRIMANA, pour crier aux toits. Les pourparlers se terminent en queue de poisson. Par ailleurs, des signes annonciateurs de l’échec étaient réunis. Le Gouvernement s’est fait représenter par un simple cadre, incapable d’engager le Gouvernement, tandis que le CNDD-FDD s’est fait représenter par un simple commissaire. C’est ainsi que Bujumbura sort son plan B : celui d’organiser le référendum pour changer la constitution. Le dé de la carte NKURUNZIZA est jeté. La carte a un double objectif : celui de la diversion et celui du forcing.

 

La diversion d’abord. En lançant le référendum pour changer la constitution, le Président NKURUNZIZA a un double objectif : il vise le déplacement du débat pour noyer le dialogue inclusif. A ce jour, les acteurs politiques, les médias, la société civile et la communauté régionale et internationale vont se focaliser sur le référendum et ainsi oublier les négociations.

 

Le Président NKURUNZIZA utilise aussi le forcing. Il veut changer la constitution et légitimer son pouvoir à vie. Ainsi, il ira, à tout prix et tambour battant, aux élections de 2020 et bye bye les accords d’Arusha et les autres initiatives pour un dialogue inclusif.

 

Enfin, le Président NKURUNZIZA aura réussi à narguer la communauté régionale et internationale dans leurs démarches de recherche de la paix au Burundi. De ce qui précède, rien et rien n’arrêtera NKURUNZIZA dans sa démarche pour assouvir ses appétits gloutons du pouvoir.

Lu 323 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 208 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha