Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Une attente sans fin de la reprise des pourparlers inter-burundais

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Les propos contradictoires des médiateurs sur la crise burundaise n’augurent rien de bon selon certains burundais. Malgré la paralysie prolongée des activités de la dite médiation, les présidents Ougandais et Tanzanien ont récemment fait porter le chapeau à la Cour Pénale Internationale lors de leur rencontre d’affaires en Ouganda.

 

Le 23 novembre prochain a été fixé par les présidents Ougandais et Tanzanien comme nouvelle date de rencontre des médiateurs pour analyser le dossier sur la crise burundaise. John Pombe Magufuli venait de clôturer sa visite de trois jours dans le pays de Yoweli Kaguta Museveni pour boucler l’affaire de construction des pipelines qui traverseront les deux pays.

 

Mais comme la décision de la CPI d’ouvrir les enquêtes sur le Burundi venait de tomber, le président ougandais et son homologue tanzanien ont, tous les deux, dénoncé l’ingérence de la cour dans les affaires de l’East African Community.

 

‘’Je vais consulter d’autres chefs d’Etats de la sous-région pour mettre en garde officiellement la CPI qui ose prendre des décisions sans nous consulter.’’, a laissé entendre Kaguta Museveni. Et de son côté, John Pombe Magufuli a indiqué que la décision venait perturber la stabilité au Burundi.

 

Selon le président tanzanien, le pays était calme et les réfugiés rentraient en grand nombre actuellement. Et pourtant, la stabilité évoquée par les deux chefs d’Etats contredit ce tweet de la présidence de l’Ouganda du 10 Novembre juste au début de la visite.

 

‘’Les présidents Kaguta Museveni et Pombe Magufuli admettent que la situation est très instable au Burundi. Le pays a besoin du soutien attentif de la Tanzanie et de l’Ouganda.’’, rapporte ce tweet de la State House.

 

Et c’est justement cette instabilité du Burundi qui pousse les médiateurs à prévoir une rencontre pour tenter de relancer le dialogue après plusieurs mois de paralysie.

 

Pour rappel, les rendez-vous de septembre et d’octobre n’ont jamais été respectés alors que la facilitation les avait évoqués pour la reprise probable des pourparlers. Le médiateur Kaguta Museveni envisageait même de rencontrer les groupes armés comme l’avait précisé l’assistant du facilitateur Macocha Tembelé. Malgré tous ces rendez-vous manqués, certains burundais disent qu’ils attendent impatiemment la reprise des pourparlers.

Lu 262 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 170 invités et aucun membre en ligne