Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Bujumbura plaide pour un dernier round des négociations

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Edouard Nduwimana, Ombusdman Burundais Edouard Nduwimana, Ombusdman Burundais

La reprise des négociations inter-burundais est prévue pour le mois d'octobre prochain et le souhait de Bujumbura serait que ce round soit le dernier, c'est ce que fait savoir l'Ombudsman Burundais, Edouard Nduwimana après sa rencontre avec le Facilitateur Benjamin William Mkapa. Selon lui, il n y a aucun problème d'ordre politique qui subsiste encore au Burundi.

 

"Depuis un certain temps, le dialogue inter-burundais connait une certaine impasse. On constate que ça n'avance pas comme l'avait annoncé le Faclitateur Mkapa qu'au mois de Juin, il allait clôturer ce dialogue. C'est pourquoi il a voulu nous rencontrer pour que justement, il puisse faire avancer ce processus", explique l'Ombusdman Burundais

 

Edouard Nduwimana, Ombusdman Burundais indique qu'il a demandé au Facilitateur de distinguer deux catégories de personnes qui doivent répondre à cette session: "La 1ère catégorie étant celle des politiciens qui ne sont pas poursuivis par la justice et cela ne pose aucun problème et d'autres qui sont poursuivis par la justice. Il a semblé comprendre qu'il devait faire cette distinction."

 

L'autre point soulevé par Edouard Nduwimana est le souhait du pouvoir de Bujumbura d'exclure à ces négociations, tous les politiciens recherchés par la justice burundaise. Une requête qui d'après lui, a été favorablement reçue par le Facilitateur dans le conflit inter-burundais.

 

"Les politiciens sont des hommes majeurs à partir du moment qu'ils posent des actes criminels, ils doivent comprendre qu'ils répondront devant la justice, ils n'ont aucune excuse. Ceux qui sont poursuivis sont moins nombreux par rapport aux autres politiciens qui en principe ne sont pas inquiétés par la justice. Ceux qui sont poursuivis doivent être courageux, rentrer au Burundi, répondre devant la justice et plaider non-coupable ou coupable. Donc la justice pourra analyser s'ils doivent être blanchis ou s'ils doivent être condamnés",  ajoute l'Ombusdman Burundais

 

Edouard Nduwimana précise qu'il n y a aucune exclusion concernant ceux qui sont poursuivis par la justice : "Les gens sont libres de s'exprimer, il y en a même qui se sont exprimés contre le gouvernement, contre le parti au pouvoir à l'époque mais qui sont rentrés aujourd'hui et qui ne sont pas inquiétés."

 

L'Ombudsman  Burundais reconnaît s'être rendu à Helinski en Finlande pour s'entretenir avec certains politiciens Burundais en exil dont ces mêmes politiciens sous mandat d'arrêt.

Lu 406 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 160 invités et aucun membre en ligne