Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Les Etats-Unis demandent au Conseil de sécurité d'anticiper et d'intervenir au Burundi

mercredi, 26 avril 2017 18:37
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Nikki Haley, Ambassadeur des Etats-Unis à l'ONU Nikki Haley, Ambassadeur des Etats-Unis à l'ONU

L’Ambassadeur des Etats-Unis à l’ONU s’est exprimé pour la première fois depuis sa prise de fonction sur le Burundi. Ce n'est pas étonnant de voir le gouvernement burundais rejeter avec insistance le travail de l'ONU et celui de l'Union Africaine, a déclaré Nikki Haley lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU le 18 Avril 2017. La nouvelle envoyée de l’administration Trump a déploré le fait que le Conseil de Sécurité néglige la protection des droits de l'homme au Burundi et ailleurs.

 

Nikki Haley, Ambassadeur des Etats-Unis à l'ONU et au Conseil de Sécurité, a accusé le gouvernement burundais d’utilise les violences et les violations des droits de l'homme pour « étouffer » la dissidence. C’est la première fois que la diplomate nommée en janvier dernier par le président Trump s’exprime sur la crise au Burundi depuis sa prise de fonction.  

 

« Nous avons vu de nombreux cas où les services gouvernementaux burundais utilisent la torture pour réprimer les manifestants, et cela a obligé des centaines de milliers de personnes à fuir vers les pays voisins ; ce qui a provoqué des perturbations régionales massives. Il n'est pas étonnant que le gouvernement rejette le travail des Nations-Unies et de l'Union Africaine au Burundi », a déclaré l'Ambassadeur permanent des USA à l'ONU.

 

 

Dans son intervention au Conseil de Sécurité, Nikki Haley a également expliqué que du point de vue traditionnel, le Conseil de Sécurité de l'ONU est là pour le maintien de la paix et de la sécurité et non pour les droits de l'homme. Selon Haley cependant, « la protection des droits de l'homme est profondément liée à la paix et à la sécurité, les deux ne sont pas séparables ».  

 

 

La représentante permanente des Etats-Unis à l'ONU a demandé au Conseil de Sécurité de l'ONU de ne pas attendre qu'il soit « forcé d'intervenir » à cause de l'absence totale des droits de l'homme ; mais qu'il doit « anticiper et intervenir le plus vite possible » au Burundi ou ailleurs.

Lu 56 fois Dernière modification le mercredi, 26 avril 2017 18:43

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 317 invités et aucun membre en ligne