Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Rétrospective 2016 : La vie difficile des réfugiés Burundais dans les pays limitrophes

Évaluer cet élément
(0 Votes)
L’année 2016 a été caractérisée par l‘affluence de nouveaux réfugiés burundais vers les pays voisins. En République Unie de Tanzanie, la situation de ces réfugiés a été un cas plus compliqué puisque même les organisations qui œuvrent dans les camps des réfugiés dans ce pays ont annoncé être très débordées.
 
Les chiffres disponibles au 31/10/2016 montrent que les réfugiés burundais étaient au nombre 322.273 ; 30.205 se trouvent dans la République démocratique du Congo ; 82.307 au Rwanda ; 21.975 en Ouganda et 180.786 en Tanzanie qui accueille le plus grand nombre d’exilés.
 
L’organisation Médecins Sans Frontières MSF-Belgique qui œuvre en Tanzanie dit que 250.000 réfugiés se trouvent en Tanzanie. MSF avait alerté le 21 novembre 2016 que les réfugiés burundais, compte tenu du rythme de leur arrivée en Tanzanie, peuvent constituer la plus grave crise humanitaire du continent africain. 
 
MSF s’inquiétait aussi du débordement des camps. Au cours des quatre derniers mois de l’année 2016, plus de 40.000 réfugiés ont été enregistrés. 
 
Au cours de l’année 2016, la République Unie de Tanzanie a aussi inauguré les camps de Mutendeli et de Nduta II, et il est prévu que ce dernier camp accueille 120.000 réfugiés. Au cours de l’année 2016 également, le camp de Nduta a connu des problèmes d’ordre sécuritaire ; beaucoup de réfugiés burundais ont été tués. L’insécurité qui régnait dans ce camp a occasionné l’interdiction des activités commerciales aux réfugiés et la fermeture du marché. 
 
L’année 2016 a aussi été très improductive pour une catégorie des réfugiés burundais en Tanzanie. Ceux qui étaient à l’université ou qui terminaient les humanités au moment de leur fuite n’ont jamais mis les pieds à l’école, même pas d’espoir qu’un jour ils puissent étudier comme d’autres réfugiés Burundais de la sous-région. 
 
Les élèves qui devaient aussi passer l’examen d’Etat n’ont pas pu le faire, le gouvernement de Bujumbura ayant refusé à la dernière minute de leur envoyer ces examens, ce qui ne s’était jamais vu dans le système éducatif burundais.  
 
Au Rwanda, les élèves et étudiants ont eu plus de chance. Près de 400 étudiants appuyés par la maison Shalom ont pu poursuivre leurs études ; sans oublier les boursiers pris en charge par l’organisation de Marguerite Barankitse afin d’entrer dans les universités en Europe. 
 
La maison Shalom, qui s’est beaucoup investie pour les enfants, a également aidé une centaine de jeunes réfugiés burundais dans la formation aux différents métiers. Au cours de l’année 2016, le Rwanda a enregistré plus de 30.000 nouveaux réfugiés burundais. 
 
En Ouganda, des jeunes qui ont été identifiés comme des Imbonerakure du parti présidentiel ont déstabilisé les réfugiés burundais. Certains ont été blessés à coups de couteaux, d’autres torturés. Dans ce même pays, précisément au camp de Nakivale, beaucoup d’élèves n’ont pas eu la chance de poursuivre leurs études ; les problèmes majeurs étant la pauvreté et le niveau insuffisant en anglais pour être admis dans les écoles locales. 
 
Le camp de Nakivale héberge aussi 40 albinos burundais qui eux aussi ont le même problème. Vers la fin de l’année 2016, le gouvernement ougandais avait suspendu les activités d’accueil des nouveaux réfugiés burundais pour des raisons qui n’ont jamais été dévoilées. Cette mesure a cependant été levée un peu avant la fin de l’année. 
 
D’autres réfugiés burundais qui ont connu des difficultés au cours de l’année 2016 sont ceux de Lusenda en RDC. L’accès aux soins de santé était très difficile, les organisations qui appuient les réfugiés ayant cependant tenté de régler le problème. 
 
Pour les burundais qui sont en Zambie, le problème majeur qu’ils ont connu est lié principalement à la distribution des vivres qui a fait défaut au cours de 2016.  
Lu 425 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 163 invités et aucun membre en ligne