Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Le gouvernement américain sanctionne trois autres officiers Burundais

Évaluer cet élément
(4 Votes)

Trois officiers burundais viennent d’être sanctionnés par le Département américain du Trésor. Cela ressort d’une déclaration publiée le 2 juin 2016 sur le site du Département du Trésor. Parmi les officiers visés pour leur implication dans des actes de violation des droits de l’homme au Burundi, deux sont de l’armée régulière et un autre a rejoint la rébellion. Cela porte à sept le nombre d’officiers burundais frappés de sanctions par le gouvernement américain depuis le début de la crise. 

 

Le Général de Brigade Marius Ngendabanka, actuellement Chef d’Etat-major adjoint inter arme de la FDN est accusé par les Etats-Unis d’êtreimpliqué dans des crimes de purification des opposants au 3ème mandat du Président pierre Nkurunziza. Comme responsable dans l’armée burundaise, il lui est reproché aussi d’avoir envoyé plusieurs militaires pour collaborer avec la police, plus spécialement la brigade anti-émeute dirigée par le commissaire Désiré Uwamahoro dans l’arrestation, la torture et l’assassinat des opposants du pouvoir de Bujumbura.

 

Comme proche du Président Nkurunziza, le Général de Brigade Ngendabanka est accusé de coordonner les opérations militaires, celles du Service National des Renseignements et de la milice ‘’Imbonerakure’’ du parti au pouvoir CNDD-FDD, pour reprendre les termes du Départementaméricain du Trésor.

 

Le Général de Brigade Ngendabanka est enfin accusé d’avoir ordonné l’exécution des rebelles capturés lors de l’attaque perpétrée ente le 29 Décembre 2013 et le 3 Janvier 2014 en province Cibitoke, quand il dirigeait encore la 1èrerégion militaire.

 

Plusieurs sources ont par ailleurs cité cet officier de haut rang comme étant l’un des coordinateurs des entrainements paramilitaires des jeunes ‘’Imbonerakure’’ du parti au pouvoir CNDD-FDD à Kiliba Ondes à l’Est de la RDC en 2013 et 2014. Le Général de Brigade Marius Ngendabanka est aussi cité par des sources militaires dans les massacres des 11 et 12 décembre 2015 sur des populations civiles dans plusieurs quartiers de Bujumbura qualifiés par le pouvoir de contestataires du 3èmemandat.

 

Le second officier frappé par ces sanctions est le Colonel Ignace Sibomana, chargé des renseignements au sein de l’armée burundaise. Cet officier issu de l’ancienne rébellion du CNDD-FDD, tout comme le Général de Brigade Ngendabanka, est accusé à son tour par le gouvernement américain d’être impliqué dans l’élimination des opposants au 3ème mandat, de coordonner et de commander la milice ‘’Imbonerakure’’ et d’œuvrer pour la dislocation du corps de défensenationale burundais.

 

Le 3ème et dernier sanctionné ce 2 juin 2016 par le département américain du Trésor est le Lieutenant-colonel Edouard Nshimirimana, qui fut en charge des communications et destransmissions à l’Etat-major de l’armée ; avant sa défection en septembre 2015 pour rejoindre un des mouvements armés opposé au gouvernement du Président Nkurunziza le FOREBU, dont il a lui-même annoncé la création le 23 décembre 2015.

 

Les Forces Républicaines du Burundi (Forebu) sont cités comme ayant perpétrées les attaques contre 4 camps militaires de la ville de Bujumbura et de Mujejuru en Décembre dernier, lesquelles attaques ont été suivies d’une répression sanglante de la part du pouvoir où l’on évoque plusieurs centaines de personnes exécutées en Mairie de Bujumbura.

 

Tous les 3 officiers n’ont plus accès aux visas pour les USA, les biens qu’ils détiendraient dans ce pays seront gelés et aucun citoyen américain n’est autoriséà collaborer avec ces officiers burundais.

 

Le gouvernement américain avait déjà pris des sanctions à l’endroit de quatre autres hauts gradés de la police et de l’armée en novembre 2015. Il s’agit du Ministre de la sécurité publique Alain Guillaume Bunyoni, du Directeur adjoint de la police nationale Godefroid Bizimana, de l’ancien chef des renseignements burundais le Général-Major Godefroid Niyombare entré en rébellion ainsi que du Lieutenant-Général Cyril Ndayirukiye condamné à la perpétuité suite à une tentative de coup d’Etat.  

Lu 1234 fois

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Press releases from Africa-Neswroom.com

Qui est en ligne?

Nous avons 293 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha