Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Ils auront finalement passé trois jours en détention à l’intérieur du camp des réfugiés de Nyarugusu, au nord-ouest de la Tanzanie. Ces réfugiés burundais avaient été arrêtés dans une cafétéria située dans la zone huit.

La catégorie des prisonniers de Mpimba ayant purgé leurs peines et ceux qui ont été blanchis suspecte que les autorités de cette prison veulent cacher leur existence. Le matin de ce mercredi, les chargés de sécurité ont refusé le passage à ces prisonniers au moment où on les avait appelés en disant que la direction les convoque.

‘’Nous sommes encore en détention. Que la ministre de la justice cesse de mentir !’’. Ce message est parmi des multitudes que certains détenus lancent quelques jours après que la ministre Aimée Laurentine KANYANA ait nié la détention en prison des gens qui, en principe, devraient être libérés. Certains de ces détenus affirment avoir purgé leurs peines.

Un officier du grade de Major qui travaillait dans la ville de Kirundo est incarcéré depuis ce mardi 4 septembre 2018 à la prison centrale de Ngozi. Il est accusé de grivèlerie et de torture à l’endroit de la population. Les habitants de la ville de Kirundo demandent à la justice de ne pas prendre à la légère ce dossier vu que ce n’est pas la première fois que ce dernier affiche un tel comportement.

Une personne totalise cinq jours d’incarcération dans les cachots de police à KAMARAMAGAMBO en province MUYINGA. Cet homme connu sous le prénom d’ASMAN a été arrêté mardi dernier par la police l’accusant d’avoir franchi la frontière sans autorisation. Ce que conteste sa famille disant qu’il serait détenu pour des raisons politiques à cause de son appartenance politique

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 278 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha