Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Les trois sœurs italiennes ont été tuées dans la nuit du 7 au 8 Septembre 2014. Dès lors,  le pouvoir de Bujumbura a sans cesse étouffé les enquêtes surtout en malmenant tous ceux qui voulaient apporter de la lumière sur ce triple meurtre puisque le dossier incriminait les hauts placés au sein du gouvernement et très proches collaborateurs du Président Pierre Nkurunziza.

Le Collectif des avocats des victimes des crimes en cours au Burundi salue le rapport de la commission onusienne qui a enquêté sur les crimes commis au Burundi depuis Avril 2015. Ces auxiliaires de justice estiment que ce rapport jouera en faveur des parties civiles quant à leurs réclamations de la justice devant la CPI.

L’ONU lance un appel à la Cour Pénale Internationale (CPI) d’ouvrir dans les plus brefs délais des enquêtes sur la violation des droits de l’homme au Burundi. Conclusion du rapport de la commission d’enquête sur le Burundi du conseil de l’ONU des droits de l’homme, rendu public ce lundi 4 Septembre 2017. Les enquêteurs de l’ONU disent avoir recueilli plus de 500 témoignages fiables qui justifient des crimes contre l’humanité commis au Burundi depuis Avril 2015.

Cinq corps sont cités parmi les auteurs des disparitions forcées au Burundi. Plus d’une année après le lancement de la campagne Ndondeza, qui travaille sur les cas des disparitions forcées depuis le troisième mandat de Pierre Nkurunziza, des noms sont cités..

L’implication des régimes, le manque de volonté politique, l’instabilité du pays sont les quelques raisons à cette impunité du crime de disparitions forcées commis depuis l’indépendance du Burundi.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 252 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha