Taxés uniquement d'être de nationalité rwandaise, deux hommes viennent de passer six jours au cachot du commissariat de Cankuzo à l’Est du Burundi. Une somme de cent mille francs burundais leur a été demandée par le commissaire de la Police des Frontières (PAFE) de Cankuzo pour être libérés. Les familles exigent leur libération sans condition car n'ayant commis aucun délit.

Un peu plus d’un mois après l’attaque armée qui a emporté la vie du Général Athanase Kararuza, ainsi que celle de sa femme et de leur fille, les enquêtes n’ont pas encore abouties. Pourtant, le Président Nkurunziza s’était empressé de donner une semaine seulement pour que les coupables soient appréhendés et l’affaire bouclée. Pour certains politiques et juristes, l’inertie des enquêtes montre que les coupables sont proches du Président de la République.

Vingt et un des vingt-huit présumés putschistes viennent d’être condamnés ce lundi d’une peine carcérale à perpétuité et d’une interdiction d’exercer des fonctions publiques pendant vingt ans. C’est le verdict rendu par la Cour Suprême après le procès en appel des officiers de l’armée et de la police accusés d’avoir voulu renverser les Institutions en mai 2015. Cinq officiers acquittés en première instance sont cette fois condamnés à perpétuité.  
Deux militaires ont été arrêtés dans le cadre des enquêtes sur l’attaque qui a couté la vie au Général de Brigade Athanase Kararuza, son épouse et un militaire assurant sa sécurité.
La Procureure de la Cour pénale internationale a annoncé ce lundi 25 Avril 2016 qu’elle ouvre un dossier d’examen préliminaire sur les crimes commis au Burundi depuis le mois d’Avril 2015. Selon la Procureure de la CPI, elle a essayé de conseiller les auteurs des violences mais en vain.  

Publicité

TAARIFA YA HABARI YA 26/04/2015

Qui est en ligne?

Nous avons 164 invités et aucun membre en ligne