Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Les personnes arrêtées en province Makamba sur accusation de vouloir attaquer le 520ème camp militaire de Gatwe à Makamba ont été transférées à la prison de Rumonge lundi. Les familles de ces détenus clament leur innocence et demandent leur libération. 
Un élu collinaire du Village 5 de la commune Gihanga en Province Bubanza est incarcéré depuis ce lundi au poste de police de Gihanga. Son tort est d’avoir dénoncé au Procureur de Bubanza l’implication des jeunes imbonerakure dans l’assassinat de l’élève Faustin Niyonsaba, un écolier de 15 ans lynché à mort il y a un peu plus de deux semaines. La population de Gihanga clame l’innocence de cet élu et demande sa libération. 
Le parquet de Bubanza a émis des mandats d’arrêt contre quatre imbonerakure poursuivis pour le meurtre de l’élève Faustin Niyonsaba de Gihanga. Paradoxalement, Jean Bosco Hakizimana, le chef de ces imbonerakure qui, selon la population, est le principal responsable du lynchage du jeune élève, est libre et jouit de l’impunité totale.  
A Cankuzo, une femme vient de passer une semaine au cachot de police de Cankuzo sur ordre du député Anglebert Ngendabanka. L’élu du parti au pouvoir CNDD-FDD accuse la femme de l’avoir injurié ; mais les habitants crient à l’injustice. 
Les enquêtes rendues publiques par le porte-parole de la police après l'attentat contre le Conseiller principal en communication de la Présidence suscite des interrogations. Les proches du Colonel Dieudonné Dushimagize surnommé "Gangi", incriminé par la police dans ce dossier, parlent plutôt de montage et trouvent insensé le fait de mettre cet attentat sur le dos dune personne sous les verrous depuis deux semaines et au moment des faits.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 154 invités et aucun membre en ligne