Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Le parquet de Cibitoke n’a pas encore été saisi du dossier de ce jeune homme qui a échappé à la mort in extremis exécuté par des jeunes identifiés comme étant de la ligue Imbonerakure du secteur Rukana de la commune Rugombo. Le procureur de la province Cibitoke promet de faire diligence sur cette affaire. Pour rappel, ce jeune homme n’a pas encore été identifié. Sur son lit d’hôpital, il est surveillé par des policiers.

C’est ce lundi que Frederick Bamvuginyumvira, vice-président du parti FRODEBU a comparu dans la Cour anti-corruption. C’est la toute première audience après sa sortie de la prison centrale de Mpimba. Son avocat admire la façon du déroulement du procès. Maitre Fabien Segatwa précise que le siège a voulu savoir la véracité de l’affaire. La prochaine audience a été reportée pour le 17 novembre cette année. L’ancien vice-président de la République est accusé de tentative de corruption des agents de l’ordre.     

Le procureur de la République en province Muyinga est accusé d’avoir ordonné la libération d’un certain Souleyimani Misago. Il était incarcéré et poursuivi pour le meurtre d’un habitant de la commune Giteranyi, zone Ruzo. Il venait de purger 4 mois de servitude pénale sur les 5 ans prononcés par le tribunal de grande instance de Muyinga. La correspondance de recours n’est pas parvenue à la Cour d’appel de Ngozi alors qu’il avait été envoyé au mois d’avril par le parquet de Muyinga. Et ce prévenu aurait ainsi bénéficié de la grâce présidentielle. Le président de la Cour d’appel de Ngozi, Fabrice Bayagwize, promet de suivre de prêt cette affaire. La société civile et les défenseurs des droits humains déplorent ce manque de communication entre les cours et tribunaux et réclament que le procès reprenne afin que la victime soit réhabilitée.

« Les enquêtes menées par le ministère public suite à la découverte d’une quarantaine de cadavres flottant sur le lac Rweru montrant que ces corps proviennent du Rwanda. » Déclaration faite par le procureur général de la République, Valentin Bagorikunda. D’après toujours ces enquêtes, ces corps y auraient été charriés par la rivière Akagera qui traverse le Rwanda et se jette dans le lac Rweru côté Muyinga.

Toutefois, le ministère public dit qu’un recours à une expertise technique et scientifique étrangère serait d’une grande importance dans l’identification de ces corps.

Il a été condamné par la Cour d’appel de Ngozi à 6 mois de servitude pénale avec une année de sursis ajouté à cela 5 millions d’amendes. Il, c’est l’administrateur de la commune Gashoho. Nous sommes en province Muyinga. Marcien Rwazanyinyota est accusé d’avoir vendu illégalement les biens d’un habitant vivant dans sa circonscription. Cependant une année après le jugement à l’encontre de cet administrateur, Marcien Rwazanyinyota n’est pas du tout inquiété par la justice. Les habitants de la commune Gashoho demandent à ce que Marcien Rwazanyinya soit réellement puni car nul n’est au dessus de la loi.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 255 invités et aucun membre en ligne