Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Trois femmes sont incarcérées au cachot de la zone Muzinda, Commune Rugazi de la Province Bubanza depuis mercredi 29 mars 2017. Elles ont été arrêtées après avoir été témoin gênantes de l’inhumation de trois corps dont les yeux avaient été troués. La scène macabre s’est déroulée au cimetière de Nyamabere à Muzinda. Les habitants de cette localité pensent que ces corps seraient des victimes d’exécutions. 

Au moins 124 nouveaux mandats ont été présentés lundi 27 Mars 2017 à la Cour Pénale Internationale par le collectif des Avocats des victimes et des parties civiles. Ce collectif agit depuis plusieurs mois au nom des victimes et des familles des victimes.

Une quinzaine de réfugiés Burundais sont menacés de famine dans la prison d’Uvira en RDC. Ils ont échappé de peu à l’extradition forcée vers le Burundi en janvier 2017, dans l'espoir de retrouver leurs familles dans le camp des réfugiés de Lusenda mais le gouvernement congolais a décidé de les mettre en prison. Ils implorent les organisations en charge des réfugiés et des droits de l'homme de leur venir en aide.

Le Dr Pascal Ndanibenga vient de passer plus de 10 jours à la prison de Bubanza. Selon des enquêtes de l’APRODH, il serait victime des mésententes entre lui et certains responsables du parti CNDD-FDD à Bubanza, et non de négligence médicale comme le laisse entendre le parquet de Bubanza.

Dans la province Makamba, dix personnes ont été arrêtées arbitrairement du 6 au 12 mars de cette année, selon une enquête menée par le Forum pour le Renforcement de la société civile (FORSC). Parmi ces personnes, huit sont des sympathisants d’Agathon Rwasa du FNL et deux autres sont des membres de l’UPRONA pro-gouvernemental. Vital Nshimirimana, Délégué Général du FORSC, demande aux leaders de ces deux formations politiques d’assurer la protection de leurs militants.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 178 invités et aucun membre en ligne