Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Plus de 90 personnes arrêtées durant les manifestations contre le troisième mandat du président Nkurunziza ont été libérées ce mardi après une formation patriotique. Les personnes libérées apprécient positivement cette décision mais exigent que les personnes arrêtées ne passent plus beaucoup de temps en prison alors qu’elles sont innocentes.

Le nouveau président de la Cour Suprême a été nommé dans ces fonctions en violation fragrante de la loi estime des magistrats. Sylvestre Mpawenayo a été nommé par décret présidentiel  cinq ans après sa démission au sein de la magistrature burundaise. Sylvestre Mpawenayo a en effet quitté sa fonction de Substitut du Procureur de la République de Bujumbura rural en 2010.

Le procureur général de la République vient de demander l’extradition du directeur de publications du Groupe de presse IWACU. Une demande qui concerne l’enquête sur le coup d’Etat manqué du 13 mai 2015. Un étonnement pour le principal concerné.

La situation s’aggrave au jour le jour au Burundi et pousse la coalition burundaise pour la Cour Pénale Internationale à pousser à nouveau un cri d’alarme. Une situation que le gouvernement NKURUNZIZA, au cours de la 14ème session des Etats membres de la cour pénale internationale, a voulu minimiser mais qui est  jugée préoccupante par la procureur de cette cour qui promet d’agir incessamment.

Le parti Uprona de Charles Nditije dénonce l’arrestation de nombreux jeunes survenus samedi à Ngagara. Pour Tatien Sibomana, porte-parole de l’Uprona non gouvernemental, « aucune loi n’a été violée par ces jeunes ».

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 237 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha