Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

La CNTB essaie d’éteindre le feu en y versant de l’huile

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Grognes des habitants de la colline Gatete en province Rumonge. Pour cause, les responsables de la Commission Nationale des Terres et autres Biens alimentent les conflits fonciers entre rapatriés et résidents au lieu de les aider à trouver une solution à l’amiable. Ceux qui parviennent à obtenir gain de cause donnent en retour des pots-de*vins très consistants à ces agents de la CNTB.

L’agent de la CNTB pointé du doigt par les habitants de Gatete est un certain Prosper, numéro 2 de cette commission à Rumonge. Selon nos sources, pour attiser le feu, cet agent en question conseille aux rapatriés de se trouver des terrains plus fertiles et d’aller déposer plainte pour se les approprier. En contre partie, poursuit notre source, ils lui versent des pots-de-vin, lesquels sont fixés en fonction de la superficie leur octroyée.

 

« Ces rapatriés sont contraints à intéresser l’instructeur du dossier à raison de 500 milles francs burundais par hectare. Il y a une réunion dirigée par un certain Magenge qui s’est tenue sur la colline Busebwa le 05 Décembre 2017. C’était pour identifier les meilleurs terrains fonciers appartenant aux résidents. » Raconte un des résidents de Gatete.

 

Le dénommé Magenge est un membre très influent du parti CNDD-FDD. Notre source à Gatete fait savoir que cet homme apparait comme témoin dans presque tous les procès concernant les conflits fonciers dans la zone Gatete. « Ce Magenge sème la zizanie entre rapatriés et résidents. Il se propose toujours comme témoin en faveur des rapatriés. S’il témoigne pour quelqu’un, il reçoit en retour une somme de 150 milles francs burundais par hectare. Magenge apparaît comme témoin dans 99% des litiges confiés à la CNTB. Il vient d’ailleurs d’acheter une moto grâce à cette escroquerie. » Ajoute notre source

 

Pour engranger plus de bénéfices, révèle notre source, le numéro deux de la CNTB aurait même donné le sceau de la commission terre et autres biens à l’un des rapatriés afin que ce dernier puisse convaincre les autres à déposer massivement les plaintes contre les résidents. « Il y a un certain Sadoc NDIKUMANA qui prétend réclamer 98 hectares. Il est originaire de la colline Gatete, zone Gatete. Il y a aussi un nommé Paul MOUHAMOUD, originaire de la zone Kigwena, qui réclame 93 hectares. Ce Sadoc organise des réunions à son domicile et on dit qu’il serait même en possession du sceau de la CNTB pour valider les plaintes. »

 

Aujourd’hui, plus de 95% des résidents de la zone Gatete ont été signifié qu’ils allaient devoir quitter leurs terres au profit des rapatriés. Une situation qui inquiète beaucoup les habitants de cette localité qui craignent que ce comportement de la CNTB ne ravive les tensions. « C’est scandaleux! Moi je trouve que cela va créer un climat malsain au sein d’un peuple qui avait réussi à résoudre ce différent à l’amiable et qui cohabitait pacifiquement. Les gens vont se retourner les uns contre les autres à cause de la CNTB et de la mauvaise foi de ce Magenge ainsi que de l’adjoint du président de la CNTB. » Regrette notre source.

 

Contacté à propos, le nommé Roger cité dans cette escroquerie et qui se trouve être le vice-président de la CNTB à Rumonge, s’est refusé à tout commentaire.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 264 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha