Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

L’ACAT France préoccupée par la détention abusive de Germain RUKUKI

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Germain Rukuki Germain Rukuki

Dans une correspondance adressée au Président NKURUNZIZA au cours de ce mois de Novembre, l’ACAT France se dit préoccupée par la détention jugée abusive de Germain RUKUKI, et demande sa libération immédiate et sans conditions. Côté autorités burundaises, aucune réponse à cette ONG sur son cas.

 

Détenu dans la prison de Ngozi depuis Juillet 2017, Germain Rukuki, ancien membre de l’association des chrétiens contre la torture au Burundi, ACAT-Burundi en sigle, est accusé par le régime de Bujumbura d’atteinte à la sûreté de l’Etat et de rébellion pour avoir collaboré avec cette association chrétienne. Des accusations jugées non fondées par Guillaume Colin, Directeur exécutif adjoint de la Fédération Internationale de l’ACAT. C’est dans cette optique qu’ACAT-France a envoyé une correspondance à l’endroit du Président Pierre NKURUNZIZA en vue de plaider pour sa libération.

 

"Nous demandons la libération de Germain RUKUKI car sa détention est abusive. Il est accusé d'avoir participé aux activités de l'association ACAT-BURUNDI, une association suspendue puis radiée au Burundi. Les éléments de preuve pour le maintenir en détention sont des e-mails échangés avec l'ACAT-BURUNDI à l'époque où cette association était encore reconnue. Donc ces preuves sont fallacieuses et l'accusation d’atteinte à la sécurité nationale et rébellion est infondée."

 

Malgré le silence des autorités burundaises sur l’emprisonnement de Germain RUKUKI, la FIACAT va continuer à plaider pour sa cause.

 

"Nous avons eu déjà des contacts avec les autorités burundaises mais toujours pas de réponse. D'ailleurs c'est la politique de Bujumbura, nous l'avons vu avec le rapport des Nations Unies diligenté par le conseil des droits de l'homme aux Nations Unies, de refuser de coopérer ou de donner des réponses. Néanmoins, c'est très important pour nous de toujours faire part du cas de RUKUKI pour éviter qu'il disparaisse ou qu'il soit torturé dans la prison de Ngozi."

 

La FIACAT a invité toutes les ACAT du monde à contacter par correspondance le Président Pierre NKURUNZIZA ainsi que les ambassades du Burundi dans leurs pays pour faire part des préoccupations de la FIACAT concernant la détention de Germain RUKUKI.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 171 invités et aucun membre en ligne