Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Gitega : La famille de Gaston Gahungu dénonce un emprisonnement politique du chef de colline Songa

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Gaston Gahungu, Chef de la Colline Songa Gaston Gahungu, Chef de la Colline Songa

Le chef de la colline Songa a de nouveau été arrêté lundi après sa libération survenue vendredi dernier. Gaston Gahungu venait à peine de passer 2 jours avec sa famille, avant qu’il ne soit écroué à la prison de Gitega. Il est poursuivi pour une affaire de détournement, mais ses proches évoquent un dossier politiquement motivé. 

 

C’est aux environs de 16 heures lundi que Gaston Gahungu, chef de colline Songa, a reçu l’appel du chef du service juridique à la prison de Gitega. Ce responsable voulait informer Gaston Gahungu qu'il devait payer à l'OBR une somme de 64.540Fbu, une amende infligée suite aux quittances non octroyées à quatre habitants en tant que chef collinaire. 

 

Les voisins de Gaston Gahungu affirment qu’il lui a été demandé de se présenter à la prison « pour apposer sa signature sur quelques documents ». Le chef de colline Songa a exécuté la demande et s’est rendu à la prison de Gitega ; mais la surprise a été d’apprendre que sa libération survenue vendredi dernier était « illégale ». 

 

Le directeur de la prison de Gitega, OPC2 Alexis Manirakiza, a ordonné de remettre Gaston Gahungu en cellule « afin que sa libération suive le cours normal », indiquent des sources à la prison de Gitega. 

 

Gaston Gahungu avait été relâché vendredi dernier, lorsque le commissaire de la région centrale de la police anti-corruption venait de l’amener à la prison de Gitega, après des jours passés au cachot de la police judiciaire. Les responsables de la prison de Gitega avaient refusé de le mettre en cellule, « car les documents attestant des charges retenues contre lui n'avaient aucune signature », indiquent les mêmes sources. 

 

Le directeur de prison, OPC2 Alexis MANIRAKIZA, nous a raccrochés au nez lorsque nous tentions d’avoir des éclaircissements. 

 

La famille de Gaston Gahungu dénonce une arrestation avec des mobiles politiques, car le chef de colline Songa aurait accepté de reverser les 60.000 francs pour lesquels il est poursuivi et qui correspondent aux quittances non distribuées à la population. Seulement, la brigade anti-corruption a refusé cette offre. Les agents de cette brigade ont plutôt signifié à Gahungu que même s'il payait les 60.000 francs, il sera condamné à 5 ans de prison. 

 

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 110 invités et aucun membre en ligne