Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Prison de Rumonge : Des listes d’éventuels transferts suscitent la crainte des détenus de l’opposition

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Un climat de suspicion règne à la prison de Rumonge suite à une liste confectionnée contenant les noms des prisonniers qui vont être transférés dans d'autres prisons. Cette liste serait pour le moment au sein de la Direction générale des affaires pénitentiaires. Elle serait l’œuvre de certains prisonniers « de confiance » à Rumonge. Les membres de l'opposition sont principalement ciblés. 
 
Selon des informations recueillies au sein de la prison de Rumonge, ce climat de suspicion date du 2ème trimestre de l'année 2016.
 
La situation s'est aggravée au milieu du mois de décembre 2016, quand un officier de police détenu à Rumonge, Michel Nurweze connu sous le sobriquet de ‘’Rwembe’’ a été attrapé en flagrant délit en possession de chanvre dans cette prison. Cette lourde faute devait en principe être sanctionnée par sa mise en isolement dans un milieu communément appelé "chambre de correction", poursuivent nos sources.
 
Cependant, les responsables de cette prison de Rumonge ont ignoré le cas. Depuis cet incident, les responsables de la prison en collaboration avec certains prisonniers affiliés au parti CNDD-FDD, ont commencé à malmener ceux qui sont soupçonnés d'être opposants du pouvoir de Bujumbura parmi les détenus de Rumonge. Leur plan, selon les mêmes sources, viserait à « infiltrer » ces prisonniers pour enlever ceux qui sont ciblés sans aucune entrave.
 
Dans cette perspective, selon les mêmes informations, certains prisonniers considérés comme menace dans l’accomplissement de ces enlèvements, seraient inscrits sur une liste. Leurs noms auraient été transmis à la Direction générale des affaires pénitentiaires « afin que ces prisonniers soient transférés ailleurs ».
 
C’est l’ancien commissaire-adjoint de police de Gitega, l’officier Michel Nurweze surnommé ‘’Rwembe’’ qui a remis la liste au Directeur-adjoint de cette prison Jean-Claude Niyomwungere. Ce dernier l'a à son tour acheminée à la Direction générale des affaires pénitentiaires, selon toujours nos sources.
 
A l'heure actuelle, une peur panique règne au sein des prisonniers, en particulier ceux qui sont accusés être de l'opposition et ceux qui ont manifesté contre le 3ème mandat du Président Pierre Nkurunziza en 2015. Ils craignent pour leur sécurité si jamais le plan de leurs transferts est exécuté.
 
Les responsables de la Direction générale des affaires pénitentiaires de même que ceux de la prison de Rumonge ne se sont pas exprimés sur ce dossier.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 89 invités et aucun membre en ligne