Un climat de suspicion règne à la prison de Rumonge suite à une liste confectionnée contenant les noms des prisonniers qui vont être transférés dans d'autres prisons. Cette liste serait pour le moment au sein de la Direction générale des affaires pénitentiaires. Elle serait l’œuvre de certains prisonniers « de confiance » à Rumonge. Les membres de l'opposition sont principalement ciblés. 
Tous ces prisonniers qui bénéficieront de la grâce présidentielle sont détenus dans différentes prisons du pays, dont 568 à la prison centrale de Mpimba en Mairie de Bujumbura. La plupart d’entre eux sont des jeunes. 
La ministre de la justice a demandé à la société burundaise de ne pas les marginaliser. Ces prisonniers reçoivent un allégement de peine, mais devront payer les indemnités qui leur ont été infligés lors de leurs condamnations a déclaré la ministre Aimé-Laurentine Kanyana.
Le flou plane toujours sur les circonstances de l'assassinat du Ministre Emmanuel Niyonkuru. Certaines pistes ne sont pas exploitées, alors qu'elles devraient être privilégiées dans cette enquête. Les contradictions entre les déclarations de la police et celles du parquet général en disent également long, alors que l’ancien Ministre est enterré ce mardi 10 janvier 2017.
Les présumés assassins du Général Adolphe Nshimirimana ont demandé la comparution devant les juges de toutes les personnes citées dans ce dossier. C'était ce mardi lorsque le Tribunal de Grande Instance de Ntahangwa siégeait à nouveau dans le procès de ces prévenus dans les enceintes du Tribunal de Grande Instance de Gitega.
Les personnes arrêtées en province Makamba sur accusation de vouloir attaquer le 520ème camp militaire de Gatwe à Makamba ont été transférées à la prison de Rumonge lundi. Les familles de ces détenus clament leur innocence et demandent leur libération. 

Publicité

TAARIFA YA HABARI YA 26/04/2015

Qui est en ligne?

Nous avons 152 invités et aucun membre en ligne