Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Les intempéries du weekend dernier ont causé d’énormes pertes et la désolation pour les familles des communes de Ruhororo à Ngozi, Mutaho à Gitega ainsi que Muhanga à Kayanza. Des maisons, des champs, des ponts reliant les collines ainsi qu’un barrage ont été détruits ou inondés. Les habitants de ces communes craignent la famine à venir s’ils ne reçoivent pas d’aide rapidement.
Onze (11) Personnes sont mortes dont 6 en province de Makamba et 5 en province de Rumonge suite aux fortes pluies qui se sont abattues dans la nuit de mercredi à jeudi de la semaine dernière. Il y a également une dizaine de blessés, plus d’une centaine d’animaux domestiques qui ont péri et des biens détruits. 

Deux personnes sont mortes suite aux pluies qui se sont abattues ce lundi à Muyinga. « Ce bilan est accablant », affirme Jean Claude Barutwanayo, administrateur communal de Gasorwe où habitaient les deux victimes.

"Les pêcheurs doivent savoir que le mauvais entretien du lac engendre une grande chute de production des poissons. C’est entre autre l’utilisation des filets maillants, agent causal permettant la destruction des êtres vivants comme le poisson et les plantes". C'est le rappel à l'ordre de Gabriel Toyi, président de l'APCPB, association des pêcheurs et des commerçants des poissons au Burundi.

La forêt de la Kibira est menacée par des intérêts économiques. Observation d'un militant pour la protection de l'environnement en l’occurrence l’Ambassadeur Albert Mbonerane.

Un enfant mort et des dizaines de maisons démolies, tel est le bilan des pluies torrentielles mêlées de vents violents de ce dimanche soir dans la ville de GITEGA et ses environs.

Depuis plus de deux mois, les travaux liés à la pêche dans le lac Cohoha en commune Bugabira province de Kirundo, sont suspendus par l’administration provinciale.

Un document des bonnes pratiques agricoles, pastorales et de conservation de l’environnement a été validé ce jeudi. En effet, le problème de la dégradation des terres, qui a un impact sur les productions agricoles et l’alimentation crève les yeux.

La forêt de MABANDA située sur la colline KIBIMBA tout près du camp MABANDA est composée   de plusieurs sortes d’arbres qui datent de plusieurs décennies et qui apportent de l’air frais. Toutefois, cette forêt est désormais déshabillée suite aux feux de brousse.

Depuis le 24 août 2015 ; dans plusieurs secteurs de la province de kayanza, il ya une très forte dégradation de l’environnement. Depuis la même date, plus de 20 hectares de la réserve naturelle de la kibira ont pris feu. Aussi, les eucalyptus sont menacées par des insectes qui ressemblent à des poux .Les arbres attaqués sont caractérisés par les feuilles qui jaunissent et les hommes des mêmes localités craignent des épidémies et autres maladies causées par ces insectes.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 145 invités et aucun membre en ligne