Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Près de 400 maisons ont été détruites par des pluies diluviennes qui se sont abattues ce mercredi 17 Janvier dans la soirée sur la commune Rugombo de la province Cibitoke. Les familles victimes sont pour le moment dans la désolation et l’administration appelle la population à s’entraider.

Les pisciculteurs de la colline Kirwati 2, zone Rukaramu dans la Province Bujumbura se disent menacés par des hippopotames qui détruisent leurs aquariums. Et du coût, ces habitants regrettent qu’ils ne puissent plus accéder à cet endroit, surtout en cette période de récolte, craignant d’être mordus par ces animaux.

L’Aéroport International de Bujumbura menacé par les intempéries. Depuis le samedi 12 Novembre 2017, les eaux de la rivière Mpanda proche de l’aéroport ont débordé. La route nationale 5 est difficilement accessible depuis. 

C’est un appel à l’aide que lancent les réfugiés burundais de Lusenda au HCR. Ils sollicitent des tentes pour rebâtir leurs maisonnettes détruites par la pluie. Ces réfugiés affirment que même les murs qu’ils avaient érigés depuis le mois de juin 2017 ont été également démolis par la pluie par manque de toitures. 

Les réfugiés burundais vivant dans le camp de Nduta en République Unie de Tanzanie sont menacés par les arbres environnant  ce camp. Ces arbres ou leurs branches s’abattent sur  leurs maisonnettes surtout en cette période pluvieuse. Le pire est que le processus pour avoir la permission de couper ou d’ébrancher ces arbres est très long.

L’eau du lac Tanganyika continue à être polluée du côté de la place communément appelé ‘’kumase’’. Deux usines des environs du Lac, sont pointés du doigt par les administratifs  pour acheminer  divers  déchets  dans le lac Tanganyika. Sa biodiversité dont le poisson n’existe plus dans cette partie du lac et des lamentations sont soulevées par les pêcheurs et les  consommateurs de l’eau de ce patrimoine national.

C’est la désolation totale au sein d’une partie des réfugiés burundais vivant des zones agricoles de Nakivale en Ouganda. De fortes pluies de ce vendredi 15 Septembre 2017 ont emporté toutes les cultures et endommagé plusieurs maisons. Les réfugiés craignent alors la famine et des maladies de mains sales.

Plus de 35.000 hectares sur  50.800 hectares que compte le parc national de la Ruvubu, ont été emportés par les feux de brousse ces deux derniers mois. Déjà trois personnes sont en détention en province Muyinga pour raisons d’enquêtes. Néanmoins, certaines réalisations sont en cours pour permettre la protection de ce patrimoine national.  

Soixante-dix arbres du champ domanial d’eucalyptus situé sur la colline Sanzu de la zone Condi en commune Rutovu de la province Bururi ont été abattus par le chef de cette zone. La population de la zone Condi demande des poursuites judiciaires à l’encontre de cet administratif surtout que le déboisement de cette forêt n’a pas été permis par le conseil communal.  

Les réfugiés Burundais du camp Nakivale en Ouganda s’investissent dans des programmes de reboisement, appuyés par des ONG œuvrant dans ce camp. Ces programmes visent la protection de l’environnement, après le constat de déboisement dû à la construction des maisonnettes pour ces réfugiés.

Page Facebook

Compteur

© 2009-2018 by GPIUTMD

Twitter

APO Group - Africa-Newsroom: latest news releases related to Africa

Qui est en ligne?

Nous avons 200 invités et aucun membre en ligne

Nos journaux

News letter

captcha