Génocide au Burundi par Pierre Nkurunziza #StopThisMovie

Ngozi : La coupe illicite d'arbres d'umukinya devenue une réalité

mercredi, 03 août 2016 04:55
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Cette situation s'observe particulièrement dans la zone Mivo à Ngozi. Les habitants de cette zone affirment que ces arbres ont depuis longtemps été coupés par les charbonniers, les briquetiers et des moellonneurs.
 
Les sources sur place pointent du doigt certains administratifs à la base en les accusant de complicité dans cet acte ignoble qui a pour conséquence la désertification.
 
Actuellement, poursuivent nos sources, même si les administratifs et les forestiers sensibilisent et mènent des campagnes de reboisement, l'on voit que certains arbres ont été récemment abattus : « Cela confirme lexistence des gens qui coupent toujours ces arbres », nous raconte un des administratifs à la base dans cette zone.
 
Il s'agit notamment de certains habitants de la zone de Mivo et de Mubuga ainsi que certains habitants de la commune de Muhanga en province de Kayanza qui fréquentent cette forêt séparant cette commune à celle de Ngozi.
 
D'autres sources précisent cependant que cet abatage anarchique et illégal d'arbres dits Umukinya a longtemps été attribué à la communauté Batwa qui vit autour de cette forêt. « Les collines les plus touchées sont entre autre celles de Cigumije et Gitwenzi où la situation est redevenue recrudescente », témoignent ces sources.
 
Les batwa rejettent en bloc ces accusations.
 
« L'on est toujours accusés de couper ces arbres alors qu'il existe des responsables administratifs qui ont même été arrêtés et sanctionnés », sétonne un mutwa de la colline Cigumije. Cette communauté affirme par ailleurs que ces arbres sont coupés sur commande des personnes qui construisent des maisons ou des charbonniers. « Cela ne peut pas se faire sans pour autant se concerter avec ces autorités administratives et forestières », font savoir  dautres Batwas de cette communauté.
 
Soter Ndikumana, chef de zone Mivo, affirme toutefois que les auteurs sont souvent appréhendés et sanctionnés. Il regrette néanmoins le fait qu'ils sont  relâchés aussitôt.
 
Soter Ndikumana lance un appel vibrant à la population de la zone Mivo de rompre avec cette mauvaise habitude afin de ne pas favoriser la deserfication. 
 

Page Facebook

Compteur

© 2009-2015 by GPIUTMD

Twitter

Qui est en ligne?

Nous avons 123 invités et aucun membre en ligne